Memoblog – Oran

Paul Souleyre

Mers El-Kebir tragique

Posted by on Août 19, 2012

Ossuaire du cimetière marin de Mers El-Kebir

Ossuaire du cimetière marin de Mers El-Kebir

Mers El-Kebir, le 3 juillet 1940, 17h55 : la flotte anglaise fait feu sur la flotte française. 18h12, fin de l’histoire.

La tragédie aura duré 17 minutes.

Je ne vais pas m’improviser historien mais le drame est suffisamment ancré dans les mémoires pour que j’en fournisse au moins le contexte ici.

La tragédie de Mers el-Kebir : “On désigne, par cette expression, l’attaque par la marine britannique, le 3 juillet 1940, d’une escadre de la marine française mouillant dans le port militaire de Mers el-Kébir (golfe d’Oran, Algérie). Il y eut 1 297 morts. Le Royaume-Uni, alors seul devant l’ennemi allemand et italien, craignait que l’armistice signé par le gouvernement français avec l’Allemagne nazie et l’Italie fasciste quelques jours auparavant ne fasse tomber cette flotte dans les mains d’Hitler, lui permettant ainsi de remettre en cause la suprématie maritime britannique et lui faisant courir un grave péril.” (Source Wikipedia)

Certains pourraient s’offusquer de ce résumé plutôt favorable aux anglais. Le carnage n’était pas forcément nécessaire. On aurait pu s’en sortir comme à Alexandrie où les amiraux Godfroy (côté français) et Cunningham (côté anglais) ont su négocier pour éviter un second drame.

C’est possible. Il faut lire les uns et les autres et se faire une opinion.

La bataille de Mers El-Kebir sur fond de Murdjajo

Et puis je tombe sur une photo.

Le Mogador vu par l'arrière - Photographie Jacques Mulard

Le Mogador vu par l’arrière – Photographie Jacques Mulard

Il y a des dizaines de photos de cette boucherie et toutes se laissent happer par le spectaculaire d’une bataille navale. Il y a des bateaux en train de couler, c’est incroyable et pourtant c’est vrai.

Mais c’est très enfantin. C’est de la fascination.

On voit de la fumée noire et des bateaux renversés. C’est une bataille navale qui aurait pu se passer n’importe où. Aucune photo ne parle.

Sauf  celle de Jacques Mulard.

Cette photo-là est très spéciale.

Elle n’est pas centrée sur le Mogador. Le photographe  décide au contraire d’inscrire le Mogador dans le paysage environnant ce qui donne instantanément un regard.

Il y a un angle de vue. Donc une intention.

*

 

En arrière-plan, très loin, je ne crois pas me tromper en écrivant que je reconnais le fort de Santa-Cruz, et un peu plus bas vers la gauche, la grande statue de la Vierge tournée vers Oran.

Les choses ne se passent plus dans le nulle part de “la Bataille de Mers El-Kebir”, elles se passent dans la baie de Mers El-Kebir, surplombée, comme la baie d’Oran, par le Fort de Santa-Cruz qui permet de surveiller les deux côtés du Mont Murdjajo.

Lorsque Jacques Mulard décide d’élargir le Mogador au Fort de Santa-Cruz et à la statue de la Vierge, il y inclut automatiquement Oran, la ville jumelle, hors-champ.

Et il montre la statue de la Vierge, en haut, tournée vers le hors-champs d’Oran, Vierge qui abandonne à son triste sort le Mogador, en bas, seul, du côté de Mers El-Kebir. A noter, les diagonales opposées du Mogador et du Murdjajo.

Ce jour-là, Mers El-Kebir est abandonnée de Dieu.

Voilà le regard très fin de Jacques Mulard sur la tragédie de Mers El-Kebir.

 

Paul Souleyre.


 

REÇOIS DES INFORMATIONS SUR MES VIDÉOS >>

 

bataille kebir attaque kebir 1940 anglais oran

PS1 : C’est la photo de Wikipedia. Si on descend un peu sur la page, on se rend compte qu’il y a eu deux photos mises en ligne pour illustrer l’article.

→ Une première photo postée par Sylvain Mulard (de la famille du photographe ?) le 20 avril 2008 à 20h03.
→ Une seconde photo postée par un certain Direktor le 27 septembre 2010 à 01h41 et qui remplace la première.

Direktor a estimé que sa photo était plus nette que celle de Sylvain Mulard et l’a donc remplacée. Problème, il en a profité pour recadrer la photo originale sur le Mogador. C’est ainsi que le sommet du Murdjajo disparut dans la bataille de Mers El-Kebir… Dommage, c’est lui qui permettait de relier Oran et Mers El-Kebir. On voit encore la statue de Santa-Cruz mais il s’en est fallu d’un cheveu.

PS2 : A noter encore que Mogador, au Maroc, est l’ancien nom de la ville d’Essaouira, ville bombardée et prise par les Français en 1844. « Mogador » en français est  Mogadur en espagnol, Mogdura en portugais et Amogdul en berbère. Et Amogdul signifie « la bien gardée »…

PS3 : Un reportage très intéressant sur la bataille de Mers El-Kebir (pour ceux que les considérations photographiques et linguistiques n’intéressent pas.)

Et un autre plus historique encore, diffusé sur France 5 et repris sur Youtube par le blog sur Mers El-Kebir 1940 que Nicolas a fait en hommage à son grand-père. C’est la première partie. La suite sur Youtube : partie 2 ; partie 3 ; partie 4

Image de prévisualisation YouTube

Et enfin, une vidéo historique, provenant des actualités produites et contrôlées par le régime nazi et les autorités vichystes, et diffusées en France de 1940 à 1944.

 * * *

Et vous,  avez-vous assisté à la bataille de Mers El-Kebir ?

 

Répondez dans les commentaires.
Et si vous avez aimé cet article, cliquez sur “J’aime”.

* * *

3 Conseils d’écriture tirés de l’article

Blogging : Un blog est à la fois général et particulier. Le sujet est commun ; l’angle est personnel. Le sujet est la tragédie de Mers El-Kebir et l’angle choisi, celui de la photographie. Choisir la voie de la représentation comme angle d’étude d’un fait historique permet d’accéder à une autre dimension.

Ecriture : Un fait historique raconté depuis 70 ans ne peut plus l’être de manière historique sans ennuyer tout le monde. Il faut introduire de la subjectivité. La subjectivité permet au lecteur de ne pas sombrer dans le sommeil.

Transmission : Il faut toujours transmettre les grands repères à côté de la petite histoire.

NB : N’hésitez pas à laisser des commentaires aussi bien sur l’article que sur les conseils d’écriture. Et si vos petits doigts commencent à fourmiller, c’est que vous avez envie de passer à l’action. C’est peut-être le moment pour vous d’aller faire un tour du côté de la page 350 mots.

Ceux qui ont aimé cet article ont aussi apprécié :

(Visited 312 times, 1 visits today)

Commentaire Facebook

commentaires

3 Comments

  1. Bonjour,
    merci pour cet article qui participe au devoir de mémoire.
    J’ai créé un blog hommage aux marins disparus (dont mon grand père).
    http://merselkebir.unblog.fr
    Cordialement
    Nicolas

  2. Merci pour ce commentaire.
    Je suis en effet allé sur votre site il y a quelques jours et il m’a permis pour une partie d’écrire cet article.

  3. belle légende

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *