Memoblog – Oran

Paul Souleyre

Tourisme mémoriel

Posted by on Août 9, 2012

L’Algérie n’est pas encore sous le joug du tourisme mais elle n’attend que ça.

Les français sont attirés par le Maroc et la Tunisie mais pas par l’Algérie. Excepté les pieds-noirs, bien sûr. C’est dans un article de MarsActu en date du 3 août 2012.

Il y a beaucoup de belles choses dans cet article, à lire absolument. Il y a aussi beaucoup de belles choses dans les articles liés.

Les pieds-noirs sont de plus en plus nombreux à retourner en Algérie et à y retourner encore et toujours pour retrouver là-bas, les quartiers où ils sont nés.

les seules personnes qui vont accepter d’être mal logées et de payer cher sont les pieds-noirs, dans la mesure où, pour eux, la démarche est quasiment palliative.”

C’était dans les années 70 mais les choses n’ont pas vraiment changé. La démarche est palliative. Il y a un manque et il faut le combler. Tout ça est assez logique.

Là où je me pose des questions, c’est quand des personnes comme moi ressentent aussi le besoin de voir l’Algérie. Quel est le manque, dans ce cas-là ?

Hier, je discutais avec une algérienne qui me demandait : Paul, pourquoi aimez-vous tant Oran ?

La réponse aurait dû être : je n’en sais rien du tout.

Parce que c’est la pure vérité. Je n’en sais absolument rien. Et j’aurais tout aussi bien pu répondre : c’est pathologique. Au lieu de quoi j’ai dit : absolument toute ma famille était d’Oran. Ça doit être pour ça.

Un ami avec qui je prenais un verre l’autre jour Place du Palais me demandait de son côté : comment fait-on pour vivre sans racines ?

La réponse aurait dû être : je n’en sais rien du tout.

Mais par égard, on ne peut pas répondre ce genre de choses à quelqu’un qui a posé une question sérieuse. Il faut donner une réponse un peu moins négative. Alors j’ai répondu : on se débrouille. Ce qui est à peine mieux.

Les pieds-noirs ont été déracinés et ne retrouveront jamais l’Algérie de 1962, même après 350 voyages retour.  Les enfants de pieds-noirs sont sans racines. Ils ne font pas de voyages retour. Ils font des voyages aller.

A l’automne, ou plus tard, j’irai à Oran faire un voyage aller.

Mais pour retrouver quoi ?

 

Paul Souleyre.

 

image_groupe_cdha_blog

 

* * *

Et vous,  avez-vous des racines ?

 

Répondez dans les commentaires.
Et si vous avez aimé cet article, cliquez sur “J’aime”.

* * *

3 Conseils d’écriture tirés de l’article

Blogging : Un blog est à la fois général et particulier. Le sujet est commun ; l’angle est personnel. Le sujet est le voyage retour en Algérie et l’angle, celui du voyage aller… Toujours travailler sur les contraires.

Ecriture : Montrer le cheminement de l’esprit au travail.

Transmission : On ne sait pas ce qui passe dans la transmission. Ce serait trop simple. Donc on expérimente, et on comprend. Le voyage aller est en ce sens un voyage initiatique. La transmission est initiatique.

NB : N’hésitez pas à laisser des commentaires aussi bien sur l’article que sur les conseils d’écriture. Et si vos petits doigts commencent à fourmiller, c’est que vous avez envie de passer à l’action. C’est peut-être le moment pour vous d’aller faire un tour du côté de la page 350 mots.

Ceux qui ont aimé cet article ont aussi apprécié :

(Visited 31 times, 1 visits today)

Commentaire Facebook

commentaires

2 Comments

  1. Allez, je reviens sur mon propos précédent, et je me fends d’un petit commentaire histoire que tes écrits ne restent pas sans le moindre écho. “Les enfants de Pieds-Noirs sont sans racines” affirmes-tu. Merci de ne pas transposer ton ressenti à tous. Je suis enfant de Pieds-Noirs et j’ai des racines, je les connais, je les ASSUME, je les REVENDIQUE. Tu as également les mêmes racines mais elles te posent problème, nuance… Ou plus exactement tu sembles vouloir te “recréer” des racines, plus politiquement correctes. Mais après tout peu importe, ta confusion entre histoire Pieds-Noirs et histoire familiale ne me regarde pas. En revanche, merci de ne pas t’autoriser à parler au nom de nous tous en disant “les enfants de Pieds-Noirs………….”. Tu peux te sentir moins seul, et te rassurer, en projetant ton vécu sur l’histoire de tes “semblables” mais c’est un mensonge. Je peux te présenter des dizaines d’enfants de PN qui n’ont pas ton ressenti. Et tu peux sans doute m’en présenter des dizaines qui ont le même ressenti que toi. Donc merci de ne pas tomber dans l’amalgame et de m’associer avec ton “les enfants de Pieds-Noirs” à un ressenti qui est le tien, mais pas le mien, ni celui de la majorité de ceux que je connais. Tu es “un enfant de Pieds-Noirs”, tu n’es pas “les enfants de Pieds-Noirs”. Tu as ta voix, respectable, mais n’essaie pas d’en faire le schéma de tous…

  2. Je tiendrai compte de ces remarques.

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *