Memoblog – Oran

Paul Souleyre

Autour de la topographie d’Oran

Posted by on Juin 26, 2012

Topographie d'Oran

Topographie d’Oran

Ce que j’aime quand je regarde Oran, c’est la topographie générale.

On n’a pas ça à Bordeaux même si on a quelque chose de voisin à travers les “falaises” de calcaire qu’il faut grimper pour accéder au plateau des villes de la rive droite comme Lormont ou Carbon-Blanc.

 

Mais on n’a pas de repères aussi marqués pour encadrer la ville et en tomber amoureux même quand on ne l’a jamais vue.

Il y a longtemps que je me demande si mon intérêt pour la ville ne dépend que des relations mémorielles et plus ou moins mythiques que j’entretiens avec elle ou si des caractéristiques objectives ont aussi leur place.

Je crois que le mythe seul n’aurait jamais suffi à m’intéresser. Je suis difficile et bien de ma génération, il me faut un minimum de spectaculaire pour que je puisse m’intéresser à quelque chose plus de deux heures.

Dans le cas d’Oran, il y a d’abord une vue générale de Santa-Cruz qui marque l’esprit. Mais cette vue-là fait partie de mon enfance, ce n’est pas elle qui m’a attiré.

C’est même une vue que j’évite désormais parce qu’elle ne reflète plus tout à fait ce qui pour moi fait le charme d’Oran. Je préfère une vue des arènes, par exemple.

Mais si je commence à me poser quelques questions, je me rends compte que j’aime :

  • Le massif du Murdjajo qui sépare Oran de Mers el Kebir. Il bloque le développement de la ville à l’ouest.
  • La sebkha qui donne une nette limite à la ville. Elle bloque le développement de la ville au sud.
  • La longue jetée est-ouest au nord et les trois jetées perpendiculaires qui forment des bassins. Là, c’est la mer qui bloque la ville.

Donc la ville est bien coincée. Bien délimitée. C’est satisfaisant pour l’esprit. On peut se repérer facilement.

Mais ce n’est pas tout. A l’intérieur de ce cadre délimité, on peut très nettement couper en deux : Il y a le fond du ravin (Sidi El Houari) et le plateau (Kargentah).

Le fond du ravin est l’Oran historique. Le plateau est la ville moderne qui se développe à la fin du XIX°S. Toute l’activité économique est transférée du bas vers le haut. Sidi El Houari est déserté ou presque. C’est le début de la fin.

Et puis, au fond, à l’est, il y a la montagne des Lions qui sort de nulle part, uniquement constitué de deux sommets jumeaux.

Il est rare d’avoir une ville marquée par des repères naturels aussi équilibrés sur le plan de la composition.

  • A l’ouest et à l’est : deux sommets spirituels (Santa-Cruz et les Lions) qui se répondent.
  • Au sud et au nord, deux milieux aqueux et salés qui se répondent aussi (la mer et la Sebkha).
  • Au centre, une ville basse ancienne dans un ravin, nettement séparée par une une ville haute et récente sur un plateau.

Ce genre de topographie subtilement géométrique est tellement plaisant pour l’esprit qu’il est automatiquement happé dans les dédales de la ville aux murs chauds.

A partir de là, il faut lire Camus.

 

Paul Souleyre

PS : Pour mieux vous repérer dans l’article que vous venez de lire, allez faire un tour sur le premier article en vidéo.

 

image_groupe_cdha_blog

 

* * *

Et vous, pensez-vous que la topographie d’Oran est particulière ? ou suis-je victime de mon intérêt pour la ville ?

 

Répondez dans les commentaires.
Et si vous avez aimé cet article, cliquez sur “J’aime”.

* * *

3 Conseils d’écriture tirés de l’article

Blogging : Un blog est à la fois général et particulier. Le sujet est commun ; l’angle est personnel. Le sujet est ici la topographie. Il y a longtemps que je voulais en parler. Le sujet peut être traité de manière totalement impersonnelle mais il est très facile de le traiter de manière subjective. Il suffit de dire ce qu’on aime. Il faut toujours aborder la topographie d’un lieu de transmission et lui donner des repères.

Ecriture : Il faut découper le texte de manière à faire ressentir le découpage de la ville. Toujours tenter d’adapter le forme au fond

Transmission : La topographie des lieux est presque indispensable à toute transmission. En tout cas, elle permet à l’esprit qui ne connait pas les lieux de fixer son imagination sur des éléments précis. Pour qu’une transmission soit efficace et s’imprime dans la mémoire de celui qui écoute, elle doit toujours s’appuyer sur des éléments concrets.

NB : N’hésitez pas à laisser des commentaires aussi bien sur l’article que sur les conseils d’écriture. Et si vos petits doigts commencent à fourmiller, c’est que vous avez envie de passer à l’action. C’est peut-être le moment pour vous d’aller faire un tour du côté de la page 350 mots.

Ceux qui ont aimé cet article ont aussi apprécié :

(Visited 488 times, 1 visits today)

Commentaire Facebook

commentaires

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *