Memoblog – Oran

Paul Souleyre

T’es d’où toi ? (témoignage de Cookie envoyé par la page « 350 mots »)

Posted by on Juil 19, 2012

source : Stéfan

source : Stéfan

Cookie est déjà intervenue sur ces pages pour témoigner du monde pieds-noirs dans lequel elle a grandi.

Dans ce texte, elle aborde la question des racines sous un angle différent. Et non sans humour. Que cet angle-là se retrouve aussi chez son amie maghrébine n’est pas le moins étonnant. 

Merci pour ce témoignage, Cookie. Et merci à ton amie marocaine  😉

 *

TRANSMISSION

HISTOIRE

TRADITIONS

LIEUX

PERSONNAGES

ARTISTES

CHOSES

FAMILLE

 *

“T’es d’où toi ? ”  La fameuse question !

Je suis  très brune, mâte de peau, les yeux marrons, un nez pas vraiment fin !

J’ai entendu cette question un nombre incalculable de fois ! Alors, je suis de quelle origine ? Pieds-noirs ?  Espagnole ? Algérienne ? Béarnaise ?

J’ai grandi à Pau, mes origines de sang sont en grande partie espagnoles, le nom de mon père est d’origine lorraine, je ressemble à une maghrébine et mes parents sont pieds noirs… Un vrai casse tête  “chinois !”  pour donner une réponse !

Mon amie marocaine née en France a souvent droit à cette même petite phrase posée toujours légèrement et d’un air anodin qui nous tombe dessus toujours lourdement.

“Tu viens d’où, toi ?”

Remarquez , il y a toujours le “toi” léger et sympa.

Elle m’en parlait encore hier au téléphone. Elle est née à Paris, ses parents sont marocains mais elle ne connait pas ce pays et quand on commence à lui en parler : “de quelle ville elle est originaire, à côté d’où, la recette de tel plat, tu nous feras un bon  couscous ! comment on dit tel mot en arabe… ” c’est l’angoisse !

Son prénom est arabe mais peu connu en France, donc écorché régulièrement. Le nom de famille de son père ressemble à un nom tout à fait français. Et le couscous, elle sait surtout bien le manger ! Par contre, elle fait une tourte aux légumes et des crêpes phénoménales !

En fait, elle comme moi, on vient de nulle part vraiment.

Du coup, on est capable de s’adapter partout où on va et dans toutes les cultures puisqu’on en n’a aucune en particulier. Nous n’avons en nous aucun sentiment de déracinement ou d’attachement. Avec le temps, je sens que ça devient une force et non plus un boulet.

 

Cookie.

 *

TRANSMISSION

HISTOIRE

TRADITIONS

LIEUX

PERSONNAGES

ARTISTES

CHOSES

FAMILLE

 *

image_groupe_cdha_blog

 

Ceux qui ont aimé cet article ont aussi apprécié :

(Visited 124 times, 1 visits today)

Commentaire Facebook

commentaires

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *