Memoblog – Oran

Paul Souleyre

Le supplice du petit porteur d’eau

Posted by on Juil 31, 2012

Porteurs d'eau

Porteurs d’eau

Les oranais sont comme moi, l’été venu, ils se plaignent du bruit. A l’époque, ce n’est pas le bruit médiatique, c’est juste le bruit de la ville.

Je m’accroche au mat et glisse la cire dans mes oreilles. J’écoute la voix de l’intérieur en attendant que le cinquantenaire s’éloigne.

Edgard Attias, Oran de tous les jours, 1830-1962, p133. Extrait.

 

« Pratiquement rien n’est fait contre le bruit. Il y a quelques mois, la réunion de la commission spéciale laissait augurer une offensive d’envergure. Des décisions étaient prises contre l’usage abusif du Klaxon, l’échappement libre des motocyclettes, les vrombissements exagérés des moteurs d’auto itou…

On lisait aussi : tout colporteur d’eau criant sur la voie publique ou dans les cages d’escaliers des immeubles sera emmené au commissariat. On allait voir ! En fait, on n’a rien vu du tout.

Les colporteurs d’eau continuent de plus belle à colporter, en toute liberté, et l’eau et le bruit et les nerfs en prennent un sacré coup, en cette saison où l’on vit toutes portes et fenêtres ouvertes !

Cependant, un lecteur n’est pas tout à fait d’accord et il proteste contre cette rigueur anti-bruit qu’il estime excessive :

Ce serait pousser trop loin avant l’amour du silence. Dans toutes les villes de France et de Navarre, il y a des marchands qui signalent leur présence en criant assez haut leur spécialité pour se faire entendre des clients qui attendent leur passage.

*

 

Qu’il s’agisse de marchands d’habits, de vitriers, ou de spécialistes des quatre saisons, à Paris comme partout ailleurs, leurs appels légendaires sont tolérés.

Ce serait acceptable si nos colporteurs étaient ordinaires. Mais ils ne sont pas ordinaires du tout. Il y a des colporteurs qui passent en criant devant nos fenêtres une seule fois par jour. Ceux-là sont ordinaires, encore que certains commencent à vendre leur vaisselle à 6h du matin.

Les marchands d’eau, eux, ont partagé la ville en secteurs. [À noter aussi la présence d’un sourcier devenu maire d’Oran, le célèbre abbé Lambert… Je vous conseille d’aller voir la vidéo, ça vaut le coup d’œil 😉 ]. Chaque « entreprise » s’est attribué un secteur dont elle a le monopole. Chaque jour, à l’heure H (7h du matin) et souvent un quart d’heure plus tôt, les petits « forts-en-gueule » se déploient en tirailleurs en poussant des cris d’orfraie. Et passent et repassent, pendant des heures, sous les fenêtres. On a droit ainsi quotidiennement à leur petit concert vocal qui dure huit heures par jour. C’est le supplice de l’eau. »

Il y a bien d’autres supplices aujourd’hui.

Image de prévisualisation YouTube
Paul Souleyre.

 
 

REÇOIS DES INFORMATIONS SUR MES VIDÉOS >>

 

* * *

Et vous, ça va le cinquantenaire ?

 

Répondez dans les commentaires.
Et si vous avez aimé cet article, cliquez sur “J’aime”.

* * *

3 Conseils d’écriture tirés de l’article

Blogging : Un blog est à la fois général et particulier. Le sujet est commun ; l’angle est personnel. Le sujet est le bruit à Oran avant 1962. Mais l’angle est celui du bruit actuel. Ne jamais aborder les sujets minés de face, ils explosent à la figure.

Ecriture :  L’article est une citation complète. Faire très attention d’être dans la tonalité générale du blog.

Transmission Je considère ce texte comme fondamental sur le plan de la transmission. Et je ne suis pas près de changer d’avis.

NB : N’hésitez pas à laisser des commentaires aussi bien sur l’article que sur les conseils d’écriture. Et si vos petits doigts commencent à fourmiller, c’est que vous avez envie de passer à l’action. C’est peut-être le moment pour vous d’aller faire un tour du côté de la page 350 mots.

Ceux qui ont aimé cet article ont aussi apprécié :

(Visited 444 times, 1 visits today)

Commentaire Facebook

commentaires

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *