Memoblog – Oran

Paul Souleyre

Les Sidi el-Bachir du centre et de la périphérie d’Oran

Posted by on Nov 28, 2012

Marabout sidi el Bachir Oran

Marabout de Sidi el-Bachir – Oran (source image : phileas-fog.net)

Le mausolée de Sidi el-Bachir se trouve dans le quartier St-Michel.

Complètement coincé entre les bâtisses alentours.

C’est incroyable de voir à quel point certaines constructions ont la vie dure et persistent dans le temps.

Il y a quelques mois, je trouvais ça étonnant, aujourd’hui je suis habitué.

Et séduit.

La mosquée du Bey par exemple, prise entre mille feux de béton, me plait beaucoup.

Elle est étrange, bizarrement repeinte, mais toujours séduisante. On met du temps à comprendre de quoi il retourne avec ce genre d’urbanité. On n’a pas ces habitudes-là, par ici.

On n’a pas de Mausolée St-Remy en train de dormir sur les trottoirs.

C’est presque inconcevable.

Ce qu’on pourrait avoir, éventuellement, ressemblerait plutôt au Mausolée de Sidi Snoussi du côté de Choupot ; un endroit propre, légèrement surélevé, bien mis en valeur, avec en prime un petit panneau : interdit de toucher.

Une momie, en quelque sorte.

Marabout Sidi Snoussi Oran Choupot

Le marabout Sidi Snoussi à Oran, du côté de Choupot

Le mausolée de Sidi el-Bachir n’est pas mieux loti que celui de St-Remy. Quand on regarde à quoi il ressemblait il y a longtemps, et à quoi il ressemble aujourd’hui, on se dit qu’il s’est passé du temps.

Quelques informations sur le mausolée Sidi el-Bachir :  

Le cimetière Sidi el Bachir (1792-1868) où fut élevé en 1792, le mausolée de Sidi el Bachir Ben Yahia, un saint de la région de Mascara fort honoré par le bey Mohamed el Kébir.
En 1856, le génie militaire, pour construire le nouveau mur d’enceinte de la ville, demande à la commune de procéder à la translation du cimetière de Sidi El Bachir qui avait alors une superficie de 10 hectares. Compte tenu de la différenciation ethnique précoloniale et des particularismes religieux, deux autres cimetières étaient attenants à celui de Sidi el-Bachir ; l’un réservé à la population noire et l’autre appartenant à la communauté ibadite.
En 1868 fut décidé le remplacement du cimetière de Sidi El Bachir par celui de Moul Douma. Les nombreuses goubbas qui étaient élevées dans l’ancien cimetière de Sidi El Bachir ont été reconstruites au cimetière Moul Douma, sauf celle de Sidi El Bachir Ben Yahia qui demeure jusqu’à nos jours à son emplacement initial au quartier Sidi El Bachir (ex. Plateau Saint Michel).

Mausolée de Sidi el-Bachir – Oran

Marabout sidi el bachir oran

Oran – Marabout de Sidi el-Bachir (carte postale Delcampe)

Marabout Sidi el Bachir Oran

Oran – Le marabout de Sidi el-Bachir (source photo : vitaminedz.com)

Mais quand on regarde à quoi je ressemblais il y a longtemps, et à quoi je ressemble aujourd’hui, on se dit qu’il s’est aussi passé du temps.

Ça prouve que je suis vivant et ce n’est déjà pas si mal.

Les petits mausolées de St-Remy et de Sidi el-Bachir sont donc bien vivants.  Il suffit de les regarder.

Mais en cherchant quelques traces de ce Sidi mystérieux (je n’ai trouvé aucun renseignement biographique), je suis tombé sur les faubourgs d’Oran, déjà beaucoup moins charmants que les petits mausolées.

Sidi el-Bachir : un des 5 “douars périphériques”

Ça se trouve 5 km à l’Est d’Oran et ça s’appelle une “gangrène urbaine”. Ce n’est pas moi qui dénomme la bourgade de Sidi el-Bachir ainsi, c’est un article particulièrement dur de Djarairess.


Agrandir le plan

Il y a dans ce document un peu long mais très riche de quoi réfléchir à l’urbanisation d’Oran. Je n’en mettrai qu’un petit extrait qui pourrait peut-être donner envie d’en savoir davantage.

“Avec son centre colonial et les cinq grands « douars périphériques » qui l’encerclent (Chteïbo, Belgaïd, Sidi El Bachir, El Hassi et Aïn Beïda), Oran présente une forme étoilée qui confère une grande lisibilité à sa structure urbaine actuelle. À Oran se maintient toujours l’ancien clivage séparant la ville « formelle », longtemps réservée à la population française et européenne, des quartiers d’habitat « informels » et/ou précaires, situés en périphérie .

Les Oranais, sans distinction d’âge ni de sexe, continuent à user de l’expression « aller en ville » pour signifier leur déplacement des uns vers l’autre, c’est-à-dire vers le centre, comme du temps de la présence française.”

Ce n’est pas la première fois que je croise ce terme de “informel”.

J’étais pris par le terme information et je ne comprenais pas vraiment la signification de ce informel, même si j’avais bien saisi qu’on n’était pas dans le monde des Bisounours, et qu’il se passait dans les marchés ou les quartiers informels des petites choses peu recommandables sur le plan légal.

Informel signifie donc plutôt “sans forme”. Anarchique. Qui prolifère au gré des circonstances, sans ordre particulier. Sans règles, surtout.

marabout sidi el bachir oran

Marabout de Sidi el-Bachir à Oran.

C’est étonnant un terme aussi intellectuel pour quelque chose qui l’est si peu.

Mais peut-être pas, en fin de compte. Un mot opaque pour une activité opaque.

A côté, le mausolée de Sidi el-Bachir parait vraiment lumineux.

Les deux faces d’une même pièce. 

 

Paul Souleyre.

 

 

 

 

* * *

Auriez-vous dans vos petites archives personnelles quelques renseignements biographiques sur Sidi el-Bachir ?

 

Répondez dans les commentaires.
Et si vous avez aimé cet article, cliquez sur “J’aime”.

 
 

* * *

3 Conseils d’écriture tirés de l’article

Blogging : Un blog est à la fois général et particulier. Le sujet est commun ; l’angle est personnel. Le sujet est Sidi el-Bachir et l’angle celui des deux faces que comporte toute pièce. Toujours regarder l’envers et l’endroit.

Ecriture : Alternance de texte et de documents, visibles ou à télécharger. Toujours dangereux dans le sens où l’on perd des lecteurs en cours de route, qu’on a soi-même envoyé ailleurs…

Transmission : Très loin dans le passé et tout près dans le présent. Sans lien apparent. Mais au même endroit. Donc lié. 

NB : N’hésitez pas à laisser des commentaires aussi bien sur l’article que sur les conseils d’écriture. Et si vos petits doigts commencent à fourmiller, c’est que vous avez envie de passer à l’action. C’est peut-être le moment pour vous d’aller faire un tour du côté de la page 350 mots.

 

Ceux qui ont aimé cet article ont aussi apprécié :

(Visited 1 637 times, 1 visits today)

Commentaire Facebook

commentaires

1 Comment

  1. Salut,
    La dénomination actuelle du quartier Plateau St Michel est « Sidi El Bachir ». En référence au Marabout Sid El Bachir. D’Ailleurs comme c’est dans d’autres quartiers généralement populaires ou les indigènes vivaient. C’était compréhensible. Mais Plateau St Michel a 95 % Européen. La !! je me demande quel aspect il avait. A quelque mètre de la maison natal du célèbre couturier Yves St Laurent.
    L’autre Sid el Bachir a la périphérie d’Oran. Vaut mieux ne pas citer (Le Crime urbain). Il est l’un des agglomérations qui forment le croissant assiégeant Oran.
    -‘INFORMEL’ Ce mot a bien circulé ces derniers jour à Oran. C’est la compagne contre l’activité commerciale parallèle. 🙂

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *