Memoblog – Oran

Paul Souleyre

San Ramón de la Nueva Orán

Posted by on Août 13, 2012

San Ramón de la Nueva OránRien que le nom, c’est quelque chose : San Ramón de la Nueva Orán

Petites précisions géographiques : San Ramón de la Nueva Orán, ou simplement Orán, est une ville de la province de Salta, en Argentine, et le chef-lieu du département d’Orán. Sa population s’élevait à 66 915 habitants en 2001. C’est une des deux villes les plus peuplées de la province, après la capitale (Salta) – Source Wikipedia.

Mais ce n’est pas Wikipedia qui m’a guidé vers la Nueva Oran, c’est Alfred Salinas dans un livre que je n’arrive plus à quitter : “Oran la Joyeuse – Mémoires franco-andalouses d’une ville d’Algérie”. Là, vraiment, je suis tombé sur une perle.

Pourtant, comme toutes les perles, on les repère difficilement.

Sur cette page intéressante du très fréquenté site de JC Pillon, il y a toute une liste d’écrivains dans laquelle se trouve Edgard Attias mais pas Alfred Salinas. Dans celle-ci qui est un site sur Mers-el-Kebir, il y a aussi une liste de livres très intéressants et, cette fois, on y trouve Alfred Salinas.

Le soldat Ramón à l’origine de la Nueva Orán

p300, Salinas raconte brièvement l’histoire d’un soldat oranais du XVIII°S, Ramon Garcia de Leon y Pizarro.

Arrivé en 1790 en Amérique du Sud, il fonda le 31 août 1794 à un millier de kilomètre au nord-ouest de Buenos-Aires, la ville de San Ramón de la Nueva Orán, un nom qui, quelques années plus tard, s’allégea pour se transformer tout simplement en Orán.

C’est l’unique cité de la province à disposer du privilège d’avoir ses propres armoiries. Sa destinée éveille d’étranges similitudes avec son aînée méditerranéenne. Un tremblement de terre la dévasta entièrement en 1871. Elle fut reconstruite, et en 1920 atteignait environ 1200 habitants. Elle en aurait à présent quelques 70 000.

Jame est de Buenos Aires. J’ai eu l’occasion de chroniquer le témoignage qu’il a donné dans le livre d’Hubert Ripoll et la réponse qu’il a faite un mois plus tard. Il voulait accoler le patronyme de ses grands-parents maternels à côté du sien pour conserver ses racines pieds-noirs.

Connaît-il San Ramón de la Nueva Orán ? Probablement, la ville est grande. Sait-il qu’elle a un lien avec Oran en Algérie. Probablement aussi, il est curieux. S’est-il posé la question de sa propre présence en Argentine, à un millier de kilomètre au sud-est d’une ville qui s’appelle Orán et qui arrive tout droit d’Algérie ? Je ne sais pas. Il faut être obsédé par ce nom. Il a sûrement mieux à faire et il a bien raison. Mais il a de la chance, s’il veut, il peut aller voir Orán .

Hypothèse sur l’origine de la Nueva Orán

San Ramón de la Nueva Orán est un beau nom pour une ville nouvelle. C’est beau de voir des grandes villes qui essaiment et créent des petites villes par-ci par-là, à certains moments de l’Histoire.

Cette ville est la trace d’une bifurcation de l’histoire d’Oran.

– En 1790, date à laquelle a lieu le tremblement de terre en Algérie, la ville est espagnole et Ramon Garcia de Leon y Pizarro s’en va (ou arrive ? ou les deux ?) pour l’Amérique du Sud.
– En 1792, l’Espagne cède Oran au dey d’Alger.
– En 1794, Ramon Garcia de Leon y Pizarro fonde San Ramón de la Nueva Orán.

Je me demande si ce n’est pas en apprenant que sa ville vient de tomber aux mains des musulmans que Ramon prend la décision de fonder une petite soeur en Argentine.

Pour que rien ne meure tout à fait.

 

Paul Souleyre.

 

Las voces de Orán – Groupe folklorique de San Ramón de la Nueva Orán

Image de prévisualisation YouTube

 * * *

 

image_groupe_cdha_blog

 

 * * *

Et vous, connaissiez-vous San Ramón de la Nueva Orán ?

 

Répondez dans les commentaires.
Et si vous avez aimé cet article, cliquez sur “J’aime”.

* * *

3 Conseils d’écriture tirés de l’article

Blogging : Un blog est à la fois général et particulier. Le sujet est commun ; l’angle est personnel. Le sujet est l’histoire la Nueva Orán et l’angle la façon dont la mémoire peut s’incarner dans le monde et essaimer. Toujours chercher les liens, surtout quand ils sont artificiels. La poésie de l’artifice engendre un sentiment de réconfort.

Ecriture : Alors là, c’est l’exemple typique de l’article compliqué à écrire mais sur lequel il ne faut rien lâcher. (Je n’y arrive pas toujours). On avance, on avance, et on ne trouve pas l’angle. On ne veut absolument pas faire de l’informatif pur parce que ça n’a pas de sens, donc on navigue de JC Pillon à Jame en passant par las voces de Oran et on perd un temps fou sur Internet à regarder par quel bout on va bien pouvoir prendre cet article. Puis on finit par tomber sur une chronologie d’Oran et on est sauvé… Toujours avancer, même si on ne trouve pas l’angle. Et prier bien fort pour qu’on finisse par le trouver…

Transmission : Très bel exemple de transmission indirecte. Si l’hypothèse de la fondation de la Nueva Orán en mémoire d’une ville espagnole offerte au Dey d’Alger s’avère exacte, alors c’est du pain béni. La transmission est ramification.

NB : N’hésitez pas à laisser des commentaires aussi bien sur l’article que sur les conseils d’écriture. Et si vos petits doigts commencent à fourmiller, c’est que vous avez envie de passer à l’action. C’est peut-être le moment pour vous d’aller faire un tour du côté de la page 350 mots.

Ceux qui ont aimé cet article ont aussi apprécié :

(Visited 307 times, 1 visits today)

Commentaire Facebook

commentaires

2 Comments

  1. Effectivement, il fonda la “Nueva” après la cession de “Oran de Africa” et en hommage à son patron “San Ramon Nonato” racheteur d’esclaves, martyr au bagne d’Alger, célébré surtout au Mexique…

  2. Merci pour ces informations précises !

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *