Memoblog – Oran

Paul Souleyre

Rue d’Arzew ; le 26 décembre 1951

Posted by on Sep 14, 2012

Rue d-Arzew

Un arrangement de Maurice Furic – La rue d’Arzew en vert, jaune et bleu.

Il me plait de revenir de temps en temps vers Edgard Attias.

Pendant quelques instants, c’est le royaume des petites choses et des anecdotes.

p139 de son livre « Oran de tous les jours 1830-1962″ , Edgard Attias raconte rapidement le 26 décembre 1951, date à laquelle la rue du Général Leclerc (que tout le monde appelle rue d’Arzew) se prépare pour les fêtes et vante ses magasins « Faites vos achats dans les meilleures maisons de la rue Gal Leclerc. »

Et en pleine page du journal, dixit Edgard Attias, figure le plan de la rue d’Arzew avec le détail de tous les magasins l’occupant :

                                 côté pair                                  côté impair
N°2 : Janner fils, Joaillier, Horlogerie de luxeN°1 : Bata Chaussures, Qualité, Prix
N°10 : des choses de luxe pour « Elle et Lui »N°5 : Galeries de France
N°14 : Vêtements SélectionN°9 : Sanz Couture ; Manon, La belle Lingerie
N°14 : Colombier-Duplan, Optique-Photo CinéN°11 : Au Grand Chic, chemiserie de luxe
N°16 : Au bonheur des Dames, Confection, Couture-TissusN°13 : Ciné-Radio, Radio, disques, appareils ménagers
N°20 : Martinez Tapis ; Cadeau Coronet, Cadeau qui plaîtN°15 : Coriat, l’Art de la table
N°26 : La Pompadour, Confiserie, chocolats fins, Marrons glacésN°17 : Parisiana Nouveautés Confection
N°28 : Sté Apinco, Le véritable Frigidaire
N°40 : Radiola, Etablissements Henri Zabalète
n°42 : Laura, Nouveautés, Spécialités du prêt-à-porter
N°46 : « Z » Tapis, Maroquinerie, Voyages
N°48 : Josy, Chemiserie, lingerie ; Fourrures Sydney

Alors il n’est pas évident de trouver des renseignements sur chacun d’eux, mais on rencontre toujours des éléments périphériques intéressants.

→ Par exemple, si on cherche « Colombier-Duplan » à Oran, on ne tombe pas vraiment sur Optique-Photo Ciné au 14 rue d’Arzew mais sur Mademoiselle Colombier-Duplan qui crie haut et fort « Vive la Liberté ! » le 5 février 1950 à côté de son avion. (en fait, c’est peut-être quelqu’un d’autre qui écrit)

→ Pour « Au Bonheur des Dames » au 16, rue d’Arzew, on a en exclusivité pour Oran les meilleurs voeux pour la nouvelle année.

→ Si on tape « Elle et Lui + Oran » dans Google Images, étrangement, on tombe sur Nicole Garcia et le film qu’elle a sorti il y a deux ans : Un balcon sur la mer. Je l’ai un peu évoqué dans cet article il y a longtemps, parce que j’aime beaucoup Nicole Garcia qui est d’Oran.

→ Les Galeries de France, c’est assez simple, il y a une page avec plusieurs photos qui lui sont consacrées.

→ Et quand on cherche les frigidaires Apinco, on tombe sur Jacques Chay, qui recherche activement des « anciens de APINCO (frigidaire) Rampe Vales à Oran. » J’espère que ces quelques lignes lui permettront de retrouver des amis.

Roger Alfonsi offre la rue d’Arzew à Colette

En fait, comme toujours, JC Pillon est au top à ce petit jeu, puisque la rue d’Arzew y est parfaitement détaillée sur cette page. C’est « Un cadeau personnel de Roger Alfonsi pour Colette, membre éminent du Club des Visiteurs Oranais (VO) ».

JC Pillon est le roi du détail, du très précis, de la rigueur absolue. On sent qu’on peut lui faire confiance les yeux fermés.

Mais ce n’est pas le roi de l’anecdote.

Parce que le roi de l’anecdote (après Edgard Attias) c’est donc Roger Alfonsi, à qui JC Pillon a carrément dédié une page entière. Pour celui qui a envie de replonger en enfance (ou de découvrir Oran, comme moi) c’est une mine d’or. Il y a tout ce qu’il faut.

Mais je crois qu’Edgard Attias a malgré tout un petit oeil très spécial et bien à lui, inégalable. Note de bas de page 139 :

Anecdote [reliée au N°40 de la Rue d’Arzew, Radiola, Etablissements Henri Zabalète] : Un jeune homme, 14 ans, se présente et explique au patron qu’il meurt d’envie d’acheter un poste de radio-tourne-disque, qu’il n’a qu’une partie du prix qu’il a économisé sur son argent de poche et qu’il promet de payer le reste en deux mensualités. Le vendeur accepte, sur sa bonne mine et sans rien demander.

Une autre époque…

 

Paul Souleyre.

 

image_groupe_cdha_blog

 

* * *

J’ai appris quelques semaines après avoir fait cet article qu’il y avait les Soieries Lyonnaises au 26 rue d’Arzew. Edgard Attias n’en parle pas. Si vous avez un souvenir, ne vous gênez pas pour en parler. Merci !

 

Répondez dans les commentaires.
Si vous avez aimé cet article, cliquez sur « J’aime ».

* * *

3 Conseils d’écriture tirés de l’article

Blogging : Un blog est à la fois général et particulier. Le sujet est commun ; l’angle est personnel. Le sujet est la rue d’Arzew et l’angle, celui de l’anecdotique. L’anecdotique a ceci de beau qu’il reflète toujours la vie. Tout est toujours vivant dans l’anecdote. Donc, ne jamais négliger l’anecdote.

Ecriture : Beaucoup d’énumération pour cette rue d’Arzew. Ce n’est pas ce qu’il y a de plus agréable à lire donc le contenu doit être très divers et étonnant.

Transmission : Connaître précisément des lieux fait partie de la transmission. Ensuite, on ne discute plus dans le vide sur la rue d’Arzew.

NB : N’hésitez pas à laisser des commentaires aussi bien sur l’article que sur les conseils d’écriture. Et si vos petits doigts commencent à fourmiller, c’est que vous avez envie de passer à l’action. C’est peut-être le moment pour vous d’aller faire un tour du côté de la page 350 mots.

Ceux qui ont aimé cet article ont aussi apprécié :

(Visited 684 times, 2 visits today)

Commentaire Facebook

commentaires

3 Comments

  1. mes grand-parents , famille PALUMBO ainsi que ma maman Jacqueline, sa soeur Yvette, et ses frères Jean-Pierre et Gérard, vivaient au 65 rue d'Arzew. Mon grand-père Louis était acconier et possédait une galerie où il invitait des artistes peintres à exposer…..

  2. Que c'est bon d'entendre l'histoire de notre famille…

  3. L’épicerie mitoyenne à la galerie Palumbo appartenait à ma grand mère.De l’autre côté de l’épicerie se trouvait un tailleur dénommé Ferrer.
    L’épicerie est occupée par un opticien,je l’ai revue en 2007.

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *