Memoblog – Oran

Paul Souleyre

Je ne connaissais pas la revue Simoun

Posted by on Oct 23, 2012

simoun

Le numéro 20 de la revue Simoun – Couverture de Charles Brouty

Pourtant, c’était une revue importante à Oran.

Heureusement qu’il y avait mon grand-père maternel.

Il avait ça dans ses petits papiers.

Je ne pense pas que ce soit pour le contenu, mais il était instituteur, et devait connaître d’une manière ou d’une autre le directeur de la revue qui l’était aussi : Jean-Michel Guirao.

En ce qui concerne Simoun, il n’y a pas grand chose à se mettre sous la dent.

Mais j’en ai suffisamment pour me faire une opinion.

Brouty en couverture. Une rare et longue interview de Guirao. Un texte de Roblès en bas de l’interview. Des références au bas de l’interview, avec notamment Jean-Claude Visdominé. Les intervenants de la revue n°20. Et ceux annoncés dans la revue 21 “regards chrétiens sur l’Algérie” .

Une page dans Salinas.

 

Et l’annonce du contenu d’un hors-série de la revue consacré à Desnos et dirigée par Roger Dadoun.

Du coup, j’apprends que Roger Dadoun est oranais. Je le savais pour Hélène Cixous, mais pas pour Roger Dadoun.

Et je pénètre dans un autre monde. Dont la porte d’entrée peut tout aussi bien être le livre d’or de Danmarlou :

“OBJET: Coordonnées de M. Jean-Claude Visdominé

Bonjour,

Je cherche à entrer en contact avec M. Jean-Claude Visdominé, un ancien du lycée Lamoricière, qui a contribué un petit article à un hommage consacré au poète oranais Jean-Michel Guirao qui va paraître dans la revue CELAAN que je dirige. 

Avec, par avance, tous mes remerciements,

Hédi Jaouad – Professeur – Skidmore College (New York)”

Oran, c’était aussi ça.

 

Paul Souleyre.

 

image_groupe_cdha_blog

 

  * * *

 Avez-vous déjà lu Simoun ?

 

Répondez dans les commentaires.
Et si vous avez aimé cet article, cliquez sur “J’aime”.

* * *

3 Conseils d’écriture tirés de l’article

Blogging : Un blog est à la fois général et particulier. Le sujet est commun ; l’angle est personnel. Le sujet est Simoun et l’angle, ce que Salinas et d’autres avant lui appellent l’algérianité. Identité disparue. S’il y avait à ressusciter l’algérianité, nul doute qu’il faudrait suivre la trace de Guirao dans sa revue.

Ecriture : Compliqué.

Transmission : Il y a toujours quelque part, quelque chose qui tient la route.

NB : N’hésitez pas à laisser des commentaires aussi bien sur l’article que sur les conseils d’écriture. Et si vos petits doigts commencent à fourmiller, c’est que vous avez envie de passer à l’action. C’est peut-être le moment pour vous d’aller faire un tour du côté de la page 350 mots.

 

Ceux qui ont aimé cet article ont aussi apprécié :

(Visited 182 times, 1 visits today)

Commentaire Facebook

commentaires

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *