Memoblog – Oran

Paul Souleyre

Le Petit Futé sur l’Algérie l’est-il tant que ça ?

Posted by on Août 31, 2012

petit futé

Commander sur Amazon

L’autre jour, je déambulais dans le grand centre commercial et culturel Alice à la recherche d’une surprise comme Le minotaure 504 lorsque j’ai atterri dans le rayon des guides touristiques.

Je me suis tapé le front plusieurs fois contre les murs en me traitant de tous les noms. Comment n’y avais-je pas pensé plus tôt ?

Je n’ai pas mis trois heures avant de repérer le seul petit guide sur l’Algérie qui traînait dans le coin : un Petit Futé.

L’Australie, juste à côté, avait droit à des guides tous plus colorés les uns que les autres.

Je ne sais pas comment vont les kangourous là-bas, mais je n’envie pas leur destin. Des centaines d’iPhone braqués sur soi à longueur de journée, c’est le grand retour de la pomme comme symbole du mal absolu. Si les kangourous sautent encore au milieu des flashs, ça ne doit plus être de joie depuis longtemps.

petit futé

Les conseils du Petit Futé

C’était le quart d’heure australien.

L’Algérie, perdue dans les limbes du tourisme international, doit donc se contenter du Petit Futé. Ce n’est peut-être pas plus mal.

A quoi ressemble Oran là-dedans ?

Oran ressemble très exactement à l’image qu’on peut avoir de la ville : Santa-Cruz, le Front de mer, Les Andalouses et le Raï sur la Corniche.

Je ne me moque pas, c’est très exactement là où j’irai en premier parce que je me vois mal commencer par les arènes, la cité Perret ou la gare sans être d’abord  monté voir Santa-Cruz.

C’est en écrivant cette dernière phrase que je prends conscience du profond désir que j’ai de découvrir Oran par Santa-Cruz. Probablement parce que c’est l’image de mon enfance.

En photo, je ne peux plus regarder Oran par Santa-Cruz, il y a un trop plein. Mais dans la réalité, je n’attends que ça : me retrouver là-haut et regarder “en vrai” ce que j’ai toujours vu “en faux” , derrière un cadre de verre, chez mon grand-père.

petit futé front de mer

Le Front de mer vu depuis le Petit Futé

D’ailleurs, le guide est divisé en chapitres illustrés à chaque fois par une photo symbole. “Le nord-ouest” est ainsi logiquement accompagné d’une “vue de la baie d’Oran depuis le fort de Santa-Cruz.”

34 pages sont consacrées à la région.

Et c’est d’un ennui à mourir. Je n’arrive pas à lire deux paragraphes de suite. Je me l’explique assez mal, ça devrait m’intéresser. D’autant plus que je ne connais pas tout, loin de là !

Mais ça m’ennuie à un point inimaginable.

Je crois que c’est le style du texte : il y manque tout ce qu’il y a sur le Forum Culturel Oranais de Kamel ou sur les pages de JC Pillon, un minimum d’amour.

J’ai besoin de ressentir la ville. Pas de la voir en photo.

Au fond, la différence entre un touriste et moi se trouve peut-être là : partout où j’irai, le touriste sera là, lui aussi, mais avec un appareil photo.

Pas moi.

Je ne prendrai pas de photo depuis Santa-Cruz. Je n’en peux plus de cette photo.

Je ne veux pas de photos, je veux “du vrai” .

C’est la différence.

 

Paul Souleyre.

 

image_groupe_cdha_blog

 

* * *

Consulterez-vous le petit futé avant de partir à Oran ?

 

Répondez dans les commentaires.
Et si vous avez aimé cet article, cliquez sur “J’aime”.

* * *

3 Conseils d’écriture tirés de l’article

Blogging : Un blog est à la fois général et particulier. Le sujet est commun ; l’angle est personnel. Le sujet est la visite d’Oran par le Petit Futé et l’angle, celui du tourisme mémoriel. Arriver à pointer du doigt certaines distinctions peu visibles au premier abord est forcément intéressant (touriste avec appareil photo et touriste sans appareil photo). Mais on n’y arrive pas tous les jours. Malheureusement.

Ecriture : On voit très bien la dérive du texte qui se cherche et se demande vers où il va. Jusqu’au moment où il comprend qu’il veut parler de Santa-Cruz. A partir de là, l’angle est proche. Toujours laisser s’exprimer le texte.

Transmission Quelle différence entre un touriste et moi sachant que les deux découvrent une ville qu’ils n’ont jamais vue ? La différence, c’est que je la regarde en photo depuis des mois. Donc je ne peux plus la voir en photo (ou “en peinture” selon l’expression consacrée). Il me faut du vrai. A un moment ou un autre, la transmission passe aussi par des sensations physiques, c’est-à-dire par le corps.

NB : N’hésitez pas à laisser des commentaires aussi bien sur l’article que sur les conseils d’écriture. Et si vos petits doigts commencent à fourmiller, c’est que vous avez envie de passer à l’action. C’est peut-être le moment pour vous d’aller faire un tour du côté de la page 350 mots.

Ceux qui ont aimé cet article ont aussi apprécié :

(Visited 120 times, 1 visits today)

Commentaire Facebook

commentaires

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *