Memoblog – Oran

Paul Souleyre

Le patronage Don Bosco : Eckmühl

Posted by on Sep 29, 2012

 

Eckmühl Oran Passion Christ

La Passion du Christ – Eckmühl – 1952

J’ai fini par mettre une photo de la Passion du Christ.

Il y a beaucoup trop de choses autour de la place Noiseux du quartier d’Eckmühl.

Ça m’est revenu d’un coup, comme ça, brutalement : les Spartiates !

Je pense que c’est à cause du nom.

Je les ai trouvés étranges ces grecs au milieu de la Passion du Patronage Don Bosco et des arènes d’Eckmühl, quand mon père m’a raconté un peu de son enfance à Choupot, non loin.

« L’église d’Eckmühl faisait partie d’un grand ensemble catholique (Don Bosco) qui comprenait séminaire, écoles, patronages, centre culturel. C’est là que pour Pâques notre mère nous amenait voir la Passion (condamnation et crucifixion du Christ) sous forme de pièce de théâtre.

Ce centre religieux avait aussi la plus grande équipe de basket qui se dénommait les Spartiates et qui était tous les ans championne d’Afrique du Nord. C’est d’ailleurs là qu’une année (1951?) La grande équipe de basket de New-York, Les Harlem Globetrotters, était venue faire une démonstration face aux Spartiates. »

Pas de trace des Harlem Globetrotters face aux Spartiates sur Internet. Ni en 1951, ni avant, ni après.

A chacun son Eckmühl

Il a marqué du monde ce patronage.

Je ne vais pas refaire Eckmühl, ça n’aurait pas de sens, mais si je voulais, je pourrais en écrire trente pages. On n’est vraiment pas en manque d’informations.

C’est pas le Casino Bastrana ! (ça pourrait faire une jolie expression oranaise de l’après 62 pour signifier qu’on ne manque vraiment pas d’informations sur quelque chose.)

Le problème est toujours le même dans ces cas-là : que retenir d’Eckmühl lorsqu’il y a les arènes, Don Bosco, la Passion, les bals de la place Noiseux et les Spartiates ?

Sans compter tout le reste qui se trouve et .

Si je demandais aux habitants du quartier de choisir l’élément qui le symbolise au-delà de tout, quelle réponse obtiendrais-je ?

Peut-être qu’ils diraient tous en coeur « le patronage. »

Cet ensemble disparate de basketteurs comédiens qui dansent au bal musette de la place Noiseux.

Eckmühl oran galiana

Eckmühl, 20 mars 1949 : avant le départ du 1er Prix Cycliste Galiana, dans la cour de l’usine (source Carlos Galiana)

Moi, j’y vois un petit bonhomme que je n’ai pas connu et qui était le père de ma grand-mère paternelle.

Encore mon père :

« Mon grand-père étant très croyant, il s’habillait tous les dimanches en costume -c’était un petit bonhomme- et il partait à la grande église d’Eckmühl même s’il habitait Maraval. Il devait faire 1,68m ou 1,69m d’après son livret militaire.

Je regrette de ne pas l’avoir connu davantage. Il est mort à 78 ans, j’avais 11 ans. Il habitait rue St-Säens, où je suis né, à côté de l’église Foyer Oranais. »

C’était un descendant d’une famille de Valence.

Pour moi, c’est ça, Eckmühl : mon arrière grand-père paternel qui sort le dimanche en costume, et qui traverse le quartier pour aller à l’église.

Il n’y a pas de patronage Don Bosco.

Juste un petit bonhomme qui marche tout seul vers une église.

 

Paul Souleyre.

 

image_groupe_cdha_blog

 

  * * *

Et vous, vous rappelez-vous avoir vu passer les Harlem Globetrotters à Eckmühl ? C’était quand ? 1951 ?

 

Répondez dans les commentaires.
Et si vous avez aimé cet article, cliquez sur « J’aime ».

* * *

3 Conseils d’écriture tirés de l’article

Blogging : Un blog est à la fois général et particulier. Le sujet est commun ; l’angle est personnel. Le sujet est le quartier d’Eckmühl et l’angle, celui du souvenir personnalisé. Chacun garde un angle bien à lui de la réalité. C’est toujours cet angle individuel qu’il s’agit de mettre au jour.

Ecriture : Il vaut peut-être mieux faire des questions ouvertes… 😉

Transmission : La transmission familiale gagne parfois sur la transmission du groupe.

NB : N’hésitez pas à laisser des commentaires aussi bien sur l’article que sur les conseils d’écriture. Et si vos petits doigts commencent à fourmiller, c’est que vous avez envie de passer à l’action. C’est peut-être le moment pour vous d’aller faire un tour du côté de la page 350 mots.

Ceux qui ont aimé cet article ont aussi apprécié :

(Visited 905 times, 1 visits today)

Commentaire Facebook

commentaires

8 Comments

  1. Est-ce une coïncidence (ou l’as-tu fait à dessein) mais la prochaine réunion annuelle de la JUDB (Joyeuse Union Don Bosco), les anciens du patronage, se tiendra justement au sanctuaire de ND de Santa Cruz à Nîmes Dimanche 7 octobre. Après avoir été programmée chaque 3ème dimanche d’octobre, cette réunion annuelle (le deuxième plus important rassemblement à Nîmes après celui du jeudi de l’Ascension) se tient désormais, depuis 2 ou 3 ans, chaque premier dimanche d’octobre.

  2. Je ne suis pas vraiment au courant du calendrier des festivités de la JUDB. Mais pour le coup, ça me donne envie d’y aller !
    Dommage que ce soit si loin…

  3. Je ne crois guère aux coïncidences. Puisque tu ignorais cette date du calendrier de la JUDB, c’est que tes gènes oranais parlent et que tu arrives à ressentir et deviner ce qui se passe dans le monde PN 😉 Bon sang ne saurait mentir !

  4. Parler d'Eckmuhl, c'est mon quartier natal, j'y suis né cité de l'amitié rue de noiseux.en parallèle avec la rue joseph oliva. et j'ai fait le primaire au séminaire d'eckmuhl, le directeur André pasteur et l'intendante Françoise.

  5. je me rappele tres avoir vu les harlems globetrotteres

  6. Je confirme que les harlems globetrotteres, sont passés a Oran en 1951.
    Je suis né en 1937 à Eckmuhl.
    J’ai fréquenté le patro Don Bosco dès l’âge de 7 ans.
    J’ai signé ma première licence basket aux spartiates.
    J’ai fait une brillante carrière de basketteur aux spartiates.
    Cadet, je suis monté en équipe première avec les heuman, Ribelles,
    Sanchez, Riffaud etc.
    Minimes, c’est nous qui avons accueillis les harlems à l’entrée du stade?
    Il s’agissait d’une rencontre contre l’équipe d’Spartiates.

    J’aurai de quoi écrire un livre sur le basket à Oran…A bientôt.TONY

  7. merci ,Tony , je suis le fils de vincent Ribelles . je possede , chez moi des archives relatant toute sa carriere de 1942 a 1952. je confirme que la rencontre Spartiates Harlem globe trotter s est deroulee . les americains ayant remporte la rencontre de 8 points avec leur vedette Tatum. je possede une photo de leur venue a Oran.

  8. Bonjour , natif d’Oran en 1953, moi aussi j’ai vécu à Eckmühl, fréquenté et partagé les joies et plaisirs offerts au sein du patronage tout comme j’ai poursuivi mes études au séminaire Don Bosco de 1967 à 1970 sous l’égide et la Direction De Pères Esposito , Burdet, Becker Et l’econome Berteau . Je rends hommage au passage à Robert et Melle Vachon prof de Français.

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *