Memoblog – Oran

Paul Souleyre

La panthère noire et le chercheur d’or

Posted by on Oct 4, 2012

panthère noire

panthère noire

J’aime beaucoup relever les étrangetés du quotidien.

Ce n’est pas tous les jours que le hasard fait irruption pour m’offrir d’un seul coup toute une branche de mon ascendance.

La plupart du temps, ce sont les éléments des petites vies de tous les jours que j’aime voir déranger dans leur organisation régulière.

Pour Oran, c’est plus compliqué parce que je n’y vis pas. Je regarde tout ça de loin, à la fois dans l’espace, et dans le temps.

Je lis rarement des comptes-rendus sur les choses étranges à Oran. Il doit y en avoir mais je ne les scrute pas suffisamment. On ne peut pas tout faire.

Tout à l’heure, je me replongeais dans Amédée Moreno pour le plaisir de lire quelques lignes au hasard et me remettre dans l’ambiance oranaise après avoir écrit deux articles un peu trop personnels, lorsque le hasard (sic) me projeta dans de l’étrange.

Et j’ai pensé qu’il était aussi bien d’écrire aujourd’hui un article léger qui permettrait de rejoindre Oran en douceur.

“Combien sont-ils, les Oraniens se souvenant de cette affaire qui éclata un matin dans la presse, sur huit colonnes à la une, au début des années cinquante, si je ne me trompe ?

Pendant des semaines, les journaux exploitèrent ce “scoop” formidable et il n’était plus question que de cela dans la rue, dans les cafés, au marché, dans les chaumières, partout : l’événement du siècle !

De quoi s’agissait-il donc ?

De la découverte d’or à l’état natif et en paillettes, à une soixantaine de kilomètres au sud-est d’Oran, dans la région des Chorfas au pied des Monts Béni-Chougran, au sud de Saint-Denis-du-Sig.

Michel Follana, un industriel de Saint-Eugène qui possédait un terrain là-bas, fut un jour alerté par l’un de ses employés.

Celui-ci, au cours de travaux, venait de découvrir des concrétions pierreuses noirâtres, dans lesquelles des petites inclusions dorées et brillantes semblaient indiquer la présence de sulfures. Les ouvriers en avaient ramassé quelques couffins et M. Follana décida de faire analyser ce minéral dans un laboratoire oranais.

Peut-être ne s’agissait-il que de vulgaire pyrite ; on le saurait sous peu…

Cependant, y eut-il une fuite, ou bien les esprits se mirent-ils à s’échauffer et à se livrer aux élucubrations les plus fantaisistes ? Toujours est-il que la presse eut vent de l’affaire et s’en empara, de telle sorte qu’un beau matin, les Oranais furent informés qu’un nouvel Eldorado venait de naître à moins d’une heure de chez eux !

Imaginez un peu la fièvre de l’or qui s’empara alors de nos concitoyens ! Je me souviens que certains parlaient de tout vendre et tout quitter pour rejoindre les Chorfas afin d’y trouver fortune.

D’autres se lançaient dans des idées de projets les plus fous car, ils n’en doutaient point, l’Oranie allait devenir une nouvelle Californie ! Il fallait les entendre s’enflammer pour ce qui devait devenir sous peu le pays de cocagne où les Crésus seraient légion !

Et l’Echo d’Oran en rajoutait chaque jour, précisant que l’Oranie devait son nom, précisément, à ce fabuleux métal qui donne la fièvre : Oran ne signifiait-il point “le pays de l’Or” ? D’ailleurs chacun savait que, depuis la nuit des temps, notre bonne ville était un de ces presides espagnols qui commerçaient avec les pays méditerranéens, en leur vendant de la poudre d’or et des pierres précieuses, entre autres…

Comme cela était arrivé avec le hongo, la fièvre se calma puis tomba d’elle-même, jour après jour. Finis les articles de presse tonitruants, les interviews machiavéliques, les supputations hasardeuses. Mieux même, personne ne songea à s’informer de la nature réelle du minéral trouvé dans les Chorfas. Le propriétaire lui-même se tint coi et étouffa pour toujours cette affaire… d’or.” (Amédée Moreno – Le parler des pieds-noirs d’Oran et d’Oranie – Tome 2 – p186-187)

Je regrette qu’on ne puisse plus trouver Amédée Moreno en librairie. Je trouve ça injuste. Il y a des anecdotes remarquables.

Comme il donnait une période très vague autour du “début des années cinquante” je suis allé voir du côté d’Edgard Attias et de son livre Oran de tous les jours – 1830-1962 construit à partir de la juxtaposition d’articles de l’Echo d’Oran et de Oran Républicain pour tenter de trouver trace de l’anecdote d’Amédée Moreno.

Je n’ai rien vu.

Mais je suis tombé sur la panthère noire.

“Une panthère dans un arbre, rampe Valès. Au Barnum’s circus, au moment où les fauves sont conduits de leurs cages à la piste, une panthère trompa la vigilance de son gardien, d’un bond prodigieux renversa les grilles et se trouva au grand air qu’elle huma avec délices.

Descendant avec nonchalance la rampe Valès vers le port et ne comprenant pas l’effroi des quelques passants qu’elle croisait, elle avisa un arbre à l’entrée de la promenade de Létang et sauta sur une branche maîtresse où elle s’installa.

Mais les gardiens du cirque accoururent et les agents de service organisaient un barrage empêchant le passage des voitures et des piétons. le fauve pris au lasso regagna d’un pas fier sa cage comme si rien ne s’était passé.”

C’était l’extrait de l’article. Edgard Attias conclut en remarque : Par contre, vers le 18 janvier, on pouvait voir en première page d’un hebdomadaire parisien, un dessin digne des aventures dans la jungle, avec cette légende : “Panique à Oran. La panthère noire s’est évadée, c’est la panique dans toute la ville !”

On peut se demander dans quelle mesure ce titre parisien n’est pas une énième trace de la condescendance métropolitaine à l’égard de ses départements lointains.

A méditer.

 

Paul Souleyre.

 

image_groupe_cdha_blog

 

  * * *

Et vous, vous rappelez-vous la panthère noire ou les chercheurs d’or des Chorfas ?

 

Répondez dans les commentaires.
Et si vous avez aimé cet article, cliquez sur “J’aime”.

* * *

3 Conseils d’écriture tirés de l’article

Blogging : Un blog est à la fois général et particulier. Le sujet est commun ; l’angle est personnel. Le sujet est la panthère noire et les chercheurs d’or, et l’angle, le décalage du quotidien. Prendre des chemins différents pour revenir au point de départ de la thématique du blog quand on s’en est écarté pour une raison ou une autre.

Ecriture : Longs extraits de texte. S’assurer qu’ils valent le coup et restent dans la tonalité du blog…

Transmission : Les petites choses inutiles sont toujours les bienvenues dans la mémoire.

NB : N’hésitez pas à laisser des commentaires aussi bien sur l’article que sur les conseils d’écriture. Et si vos petits doigts commencent à fourmiller, c’est que vous avez envie de passer à l’action. C’est peut-être le moment pour vous d’aller faire un tour du côté de la page 350 mots.

Ceux qui ont aimé cet article ont aussi apprécié :

(Visited 182 times, 1 visits today)

Commentaire Facebook

commentaires

1 Comment

  1. Très belles histoires…je suis natif' d'Oran et ces histoires, ces contes dirais-je m'ont transposé dans le temps…merci l'auteur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *