Memoblog – Oran

Paul Souleyre

Nicole Garcia de ma jeunesse

Posted by on Mai 1, 2012

Nicole Garcia

Nicole Garcia (source : bdd de films français)

Deux événements marquent l’année 1985.

Le premier concerne la sortie du très beau film de Michel Deville, Péril en la demeure, le second sonne l’ouverture du premier festival de Raï à Oran.

A l’époque, je ne me préoccupe pas de cette ville fantôme.

J’ai 15 ans et peu de goût pour le passé de mes ancêtres. Je découvre les jolies filles.

Et Nicole Garcia est particulièrement troublante dans le rôle d’une voisine nymphomane.

Il faut revoir la scène pour se rendre compte de la puissance érotique de cette grande dame. (NB : je m’aperçois, fin août, que Gaumont a interdit la diffusion de cette scène qui avait été mise en ligne par je ne sais qui.)

SERVICESPRODUITS
MEMOPLUMEÉCRIRE

A quarante ans, j’en reste encore tourneboulé.

Affiche du film "Péril en la demeure" (source moviecovers)

Affiche du film “Péril en la demeure” (source moviecovers)

Elle vire autour du pauvre musicien jusqu’à le rendre idiot. Il est incapable de la regarder dans les yeux. Elle le frôle, se poste à la fenêtre, l’interpelle, se joue de lui, s’allonge sur le lit, se lève à nouveau, l’apostrophe, se recouche. On ne sait plus où donner de la tête.

La mise en scène de Michel Deville est virtuose.

Nicole Garcia est née à Oran le 22 avril 1946.

Elle a sorti l’année dernière un film, Un balcon sur la mer,  que je suis allé voir et que j’aurais voulu aimer ; elle y fait référence à sa ville natale. Il m’a laissé indifférent, mais il est vrai que le passé m’avait déjà rejoint. J’avais une longueur d’avance sur le scénario.

Je me suis longtemps  demandé pourquoi j’avais acheté un billet pour ce film. Je sentais bien qu’on ne s’entendrait pas. Je sais maintenant que je n’allais pas voir un film sur Oran, mais le film d’une oranaise qui m’avait beaucoup troublé 25 ans plus tôt.

Une scène du film (source : image.toutlecine.com)

Une scène du film (source : image.toutlecine.com)

Nicole Garcia tourne et vire autour de Christophe Malavoy comme Oran tourne et vire autour de ceux qui l’aiment. “Le Raï est né à Oran, cité portuaire du Nord ouest algérien, réputée dans tout le pays pour la liberté de ses moeurs, même au plus fort des évènements“.

Mais c’est une dominatrice. On pose la main sur son histoire quand elle décide qu’on en est digne. “Vous savez pourquoi vous êtes séduisant ?… parce que vous ne cherchez pas à séduire”. Oran n’aime pas les hommes qui cherchent à la séduire.

Il faut s’abandonner à sa mainmise et se laisser aller.

Il faut la trouver belle.

 

1987, Djénia : “Rah igaber”

J’aime les baisers dans le cou

qui descendent dans la poitrine ;

Il enlace il embrasse

Il drague c’est la pagaille

 

 

Paul Souleyre

SERVICESPRODUITS
MEMOPLUMEÉCRIRE

NB : depuis cet article, j’ai retrouvé dans mes archives, un témoignage de Nicole Garcia qui relate brièvement sur France Culture son départ d’Oran et son arrivée en France.

image_groupe_cdha_blog

 

* * *

Et vous, avez-vous déjà vu “Péril en la demeure” ?

 

Répondez dans les commentaires.
Si vous avez aimé cet article, cliquez sur “J’aime”.

* * *

3 Conseils d’écriture tirés de l’article

Blogging : Un blog est à la fois général et particulier. Le sujet est commun ; l’angle est personnel. Le sujet ici est commun à la moitié de l’humanité : perte de contrôle d’un homme devant la puissance séductrice d’une femme. L’angle personnel essaie de sortir du petit bout de la lorgnette pour étendre l’analogie à la ville d’Oran ce qui permet tout de suite de respirer. S’extraire du piège de l’érotisme pour l’érotisme par une analogie qui dépasse le petit bout de la lorgnette.

Ecriture :  La transitionLa mise en scène de Michel Deville est virtuose/Nicole Garcia est née à Oran le 22 avril 1946″ est cruciale. Le changement brutal du style subjectif au style objectif permet de se sortir du piège de l’érotisme pour l’érotisme. Il faut ensuite pouvoir enchaîner sur autre chose et conclure là-dessus.

Transmission : La transmission passe par des chemins détournés. On ne sait pas toujours qu’on est dans la transmission. On ne le comprend que plus tard. Il faut montrer comment on découvre peu à peu sa propre transmission.

NB : N’hésitez pas à laisser des commentaires aussi bien sur l’article que sur les conseils d’écriture. Et si vos petits doigts commencent à fourmiller, c’est que vous avez envie de passer à l’action. C’est peut-être le moment pour vous d’aller faire un tour du côté de la page 350 mots.

Ceux qui ont aimé cet article ont aussi apprécié :

(Visited 1 131 times, 1 visits today)

Commentaire Facebook

commentaires

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *