Memoblog – Oran

Paul Souleyre

La mission d’Amédée Moreno

Posted by on Août 18, 2012

Amédée Moreno

Amédée Moreno

A chaque fois que je trouve quelqu’un dans le même état d’esprit que moi, je note son nom dans un petit cahier bleu.

Et peu à peu, je construis mon panthéon personnel.

Peu importe qu’il n’y ait pas grand monde, l’essentiel est que j’y trouve les personnes que je lirai et relirai toujours.

Il y a donc l’historien amateur Edgard Attias, le dessinateur Charles Brouty, l’historien-sociologue Alfred Salinas et maintenant Amédée Moreno.

Pourquoi Amédée Moreno ?

A cause d’une très belle page du site de Jean-Claude Pillon dans laquelle j’ai reconnu une attitude simple que j’apprécierai toujours. L’amour d’une ville et de ceux qui l’aiment, y vivent et y ont vécu, au-delà de tout.

Amédée Moreno et Oran d’aujourd’hui

Je retranscris ici un tout petit passage sans lequel je n’aurais pas forcément compris dans quel état d’esprit se trouve Amédée Moreno en écrivant ses livres.

Quant à moi, je ne vais plus à Oran en touriste mais, en quelque sorte, en « ambassadeur de la culture ». Je suis impliqué à fond au C.C.F. (Centre Culturel Français) et dans l’Association oranaise « Bel-Horizon de Santa-Cruz » (adhésions admises, avec ou sans apport financier) très soutenue par mon vieil ami Christian Poncelet, président du Sénat.

J’ai la confirmation des qualités de l’homme Amédée Moreno dès la lecture de la page d’accueil de son site.

Amédée Moreno a vécu les mêmes souffrances que les autres mais l’amour de la langue pieds-noirs, de la ville d’Oran et de ses habitants (présent et passé), lui a toujours permis de rester vivant, c’est-à-dire d’établir des relations avec les gens.

Une jolie anecdote qui permet de comprendre ce qu’est le parler pieds-noirs, mélange de syntaxe française et de vocabulaire espagnol : “Los cinco cientos”.

“Le parler est une singularité de peuplade remontant à la nuit des temps, une sorte de passeport de clan portant le sceau du langage commun. Du nôtre, on ne peut pas dire qu’il s’agisse d’un idiome, à la manière alsacienne ; tout au plus un langage idiomatique, un “parler franspagnol” si l’on me permet cette expression. La syntaxe étant d’essence française, seuls les vocables et les locutions restent en majorité d’origine ibérique. Pourtant, les Castillans ne nous comprennent pas toujours lorsque nous causons avec eux et nous ont surnommés, par dérision, “los cinco cientos” (les cinq cents), ce gallicisme étant notre façon d’exprimer chez eux, à la française, le nombre espagnol “quinientos”.

J’ai commandé ses deux livres qui ne se limitent pas à la langue mais racontent aussi le contexte. Il suffit de lire la page qu’il consacre à la vierge de Santa-Cruz pour saisir que je vais apprendre beaucoup de choses.

Tant mieux et merci Amédée.

 

Paul Souleyre.

 

image_groupe_cdha_blog

 

 * * *

Et vous,  avez-vous déjà lu les livres d’Amédée Moreno ? Mettez-vous aussi ses livres dans votre panthéon personnel ?

 

Répondez dans les commentaires.
Et si vous avez aimé cet article, cliquez sur “J’aime”.

* * *

3 Conseils d’écriture tirés de l’article

Blogging : Un blog est à la fois général et particulier. Le sujet est commun ; l’angle est personnel. Le sujet est Amédée Moreno et l’angle celui de l’amour d’une langue ou d’une ville comme dépassement de certaines douleurs. Toujours partir à la recherche des personnes qui ont réussi à dépasser leurs souffrances. On a tout à apprendre d’elles.

Ecriture : Un peu trop de liens externes dans cet article déjà désuni par les citations. C’est vraiment le genre d’écriture à éviter sur Internet parce qu’on est sans cesse interrompu dans sa lecture. Ou alors, il faut faire court. 300 ou 400 mots.

Transmission : Travailler la langue et trouver ce qui, dans cette langue, fait la spécificité de la communauté (syntaxe française et vocabulaire espagnol) est faire oeuvre de transmission.

NB : N’hésitez pas à laisser des commentaires aussi bien sur l’article que sur les conseils d’écriture. Et si vos petits doigts commencent à fourmiller, c’est que vous avez envie de passer à l’action. C’est peut-être le moment pour vous d’aller faire un tour du côté de la page 350 mots.

Ceux qui ont aimé cet article ont aussi apprécié :

(Visited 44 times, 1 visits today)

Commentaire Facebook

commentaires

2 Comments

  1. Quelle belle diversité sur ton blog, Paul, et surtout quel foisonnement d’idées et d’infos ?? Tu fais 4 articles par semaine ??

  2. Bonjour Edith !

    J’essaie de me lever tôt le matin pour faire mon article quotidien. J’ai choisi de faire un article par jour histoire d’accumuler du contenu. Je compte sur toi ensuite pour m’expliquer comment faire un Kindle 😉 et puis ça m’oblige à réfléchir au sujet ! Comme ça m’intéresse, si à la fin de l’année, mon blog est un échec, j’aurais au moins passé une année enrichissante à apprendre plein de choses.

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *