Memoblog – Oran

Paul Souleyre

Masseube 3 : faites attention, il y a beaucoup de souffrance

Posted by on Juil 23, 2012

Souffrance

Souffrance

La souffrance n’est pas toujours visible. Parfois, il faut même prévenir les gens qu’il y a de la souffrance parce qu’elle se cache derrière la dignité.

Lorsque je suis arrivé à Masseube, je me suis mis à la queue pour attendre mon tour. On devait me donner mon badge et une enveloppe dans laquelle se trouvaient des tickets repas.

Si elles ne sont pas destinées à durer trop longtemps, j’aime beaucoup les files d’attente. C’est l’occasion de regarder le monde tel qu’il va.

Sommés de ne rien faire, les gens se mettent à discuter, à regarder en l’air, à se gratter la barbe, à lire leur sms, ou plus simplement, à se demander ce qu’ils font là, à Masseube, un week-end de juin. L’attente pousse à la réflexion.

Je suis comme les autres donc je regarde un peu partout qui sont ces gens qui ont connu l’exil.

Ce sont des gens normaux.

C’est terrible parce qu’il est difficile de distinguer les gens qui ont vécu la guerre des gens comme moi qui n’ont connu que le confort. On les croise dans la rue et on oublie qu’ils ont perdu des êtres chers sous la violence des balles. On oublie aussi qu’ils ont quitté une terre en catastrophe et continue à la pleurer de l’intérieur.

Il y a un très beau vers d’Henri Calet repris un peu partout dans tous les livres : “ne me secouez pas, je suis rempli de larmes.”

Ce vers s’applique à la perfection au peuple pieds-noirs. Un peuple rempli de larmes et qui les cache derrière sa dignité.

*

 

Lorsque je suis arrivé à Masseube, j’ai croisé une dame à qui j’ai dit que je venais sur les conseils d’un ami. Or cet ami aurait du faire partie des organisateurs mais s’était fâché et avait décidé de ne plus venir. Je savais plus ou moins ce que provoquerait l’annonce de ma “couleur” mais je ne me voyais pas non plus ne pas la dire.

J’ai vu dans les yeux de la dame un moment d’inquiétude.

Puis elle s’est approchée de moi et m’a confié presque à l’oreille : faites attention, il y a beaucoup de souffrance.

Je l’ai très vite rassurée. Je n’étais pas venu pour me fâcher. Mais cette phrase m’a collé à la peau durant tout le week-end. Faites attention, il y a beaucoup de souffrance. C’est vrai qu’on ne la voit pas. Il faut attendre les questions dans l’amphithéâtre pour commencer à percevoir une trace de sa présence.

Lorsque le peuple pieds-noirs prend la parole, bien souvent, la voix commence à chevroter.

C’est le revers de la dignité.

On ne voit plus la souffrance. On finit par oublier qu’elle existe. On en arrive même à croire qu’elle s’est effacée avec le temps. C’est un tort.

Aucune blessure ne s’efface.

 

Paul Souleyre

 

REÇOIS DES INFORMATIONS SUR MES VIDÉOS >>

 

* * *

Et vous, pensez-vous que cette souffrance peut s’exprimer dans des témoignages recueillis par les enfants ?

 

Répondez dans les commentaires.
Et si vous avez aimé cet article, cliquez sur “J’aime”.

* * *

3 Conseils d’écriture tirés de l’article

Blogging : Un blog est à la fois général et particulier. Le sujet est commun ; l’angle est personnel. Le sujet est la souffrance, l’angle est celui de la dignité. Toute émotion est toujours accompagnée d’un masque. Mettre en valeur le couple d’émotions est important.

Ecriture : Lorsqu’on finit sur une note triste, il est fortement conseillé de dédramatiser la situation en posant une question légère. Et vous, aimez-vous les files d’attente.

Transmission : La dignité est un frein à la transmission.

NB : N’hésitez pas à laisser des commentaires aussi bien sur l’article que sur les conseils d’écriture. Et si vos petits doigts commencent à fourmiller, c’est que vous avez envie de passer à l’action. C’est peut-être le moment pour vous d’aller faire un tour du côté de la page 350 mots.

Ceux qui ont aimé cet article ont aussi apprécié :

(Visited 34 times, 1 visits today)

Commentaire Facebook

commentaires

1 Comment

  1. Je ne me suis pas… “fâché”… 😉 On se fâche dans les cours d’école, dans les familles, plus largement avec les gens que l’on aime. Se fâcher, c’est avoir un mouvement d’humeur. J’ai simplement mis en adéquation mon discours et mes actes, j’ai préféré la ligne droite aux chemins sinueux et tortueux, j’ai préféré mes principes au “rayonnement” (sic) tout aussi illusoire que ridicule d’un week-end à Masseube. On ne peut à la fois, comme les organisateurs, s’élever avec force en février contre un “couscous festif” indécent en cette année de deuil et du cinquantenaire de l’exil pour organiser soi-même 4 mois après ce type d’agapes. Le pire, c’est que les organisateurs ne l’ont pas compris, ou, pour ne pas faire insulte à leur intelligence, n’ont pas VOULU le comprendre. Faîtes ce que je dis mais ne faîtes pas ce que je fais… Un procédé vieux comme le monde, celui qui consiste à vouloir imposer de grands principes aux autres sans jamais se les appliquer à soi-même. Celui de s’asseoir sur ces mêmes principes dès lors qu’ils vont à l’encontre de son propre intérêt…

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *