Memoblog – Oran

Paul Souleyre

Madeleine Pagès et Guillaume Apollinaire à Oran

Posted by on Nov 8, 2012

apollinaire madeleine pagès oran

Madeleine Pagès

Ça a duré un an et ce fut intense.

Mais surtout virtuel.

“Fin 1914, Madeleine Pagès est professeur de lettres au lycée de jeunes filles d’Oran.

Son père, professeur de philosophie, est décédé, et elle vit avec sa mère et ses cinq jeunes frères.

Elle vient passer les vacances de Noël à Nice dans la famille de son frère ainé, sous-lieutenant d’artillerie.

lettre apollinaire madeleine pagès oran train

Manuscrit de Madeleine Pagès – Récit de sa rencontre avec Apollinaire (Album Apollinaire – Collection Pléiade Gallimard)

Le 2 janvier 1915, elle prend le train à Nice pour rejoindre Marseille et s’embarquer le soir même sur le bateau qui la ramènera en Algérie.

Dans son compartiment monte alors Guillaume Apollinaire qui, au terme d’une courte permission, rejoint son 38e régiment d’artillerie de campagne à Nîmes.” (Wikipedia)

Il faut vraiment éviter les histoires d’amour virtuelles. Ce sont les pires.

Madeleine Pagès a peut-être été déçue

Quand Noël arrive, un an plus tard, et que la réalité tombe sur Apollinaire, il en perd sa joie de vivre et quitte Lamur quinze jours plus tard.

Le rêve est passé.

Il y a deux photos de bonne qualité prises à Oran entre le 26 décembre 1915 et le 10 janvier 1916.

Elles me laissent songeur. J’aimerais bien savoir laquelle a été prise avant l’autre.

Guillaume Apollinaire et Madeleine Pagès à Oran en décembre 1915
apollinaire madeleine pagès oranGuillaume Apollinaire et Madeleine Pagès à Oran

Les deux amants sont incapables de sourire en même temps.

Et celui qui ne sourit pas fait une sale tête.

C’est qu’ils venaient de passer un an à s’envoyer des lettres enflammées, pleines de fantasmes, des “poèmes secrets”.

Et que la réalité vient de les rattraper. 

*

 

Apparemment, les retrouvailles n’ont pas été à la hauteur de la passion épistolaire. Les retrouvailles ne sont jamais à la hauteur ; il n’y a pas de seconde chance.

Ils étaient virtuellement fiancés, ils devaient se marier. Il est reparti fiancé.

On ne sait rien des ces quinze jours.

Peu à peu, les lettres s’espacent. La dernière date du 23 novembre 1916 ; “Il est, dit-il, las et très différent de ce qu’il était.”

Mais rien ne se perd totalement puisque François Truffaut y fera référence dans son chef-d’oeuvre Jules et Jim, sorti en 1962.

C’est Jim qui raconte. Ils sont assis dans l’herbe et se remémorent la guerre.

Image de prévisualisation YouTube

Ensuite, je laisse “Le tourbillon de la vie” de Jeanne Moreau, reflet d’Apollinaire et de Madeleine Pagès, début janvier 1916, sur le quai d’embarquement, à Oran.

“Chacun pour soi est reparti,
Dans le tourbillon de la vie.”

 

Paul Souleyre.

 

REÇOIS DES INFORMATIONS SUR MES VIDÉOS >>

 

* * *

Madeleine Pagès a dû continuer à être professeur de français au lycée de jeunes filles Stéphane Gsell dans l’entre-deux-guerres, mais je n’en ai pas trace. Quelqu’un a-t-il des informations ?

 

Répondez dans les commentaires.
Et si vous avez aimé cet article, cliquez sur “J’aime”.

* * *

3 Conseils d’écriture tirés de l’article

Blogging : Un blog est à la fois général et particulier. Le sujet est commun ; l’angle est personnel. Le sujet est la rencontre amoureuse entre Madeleine Pagès et Guillaume Apollinaire. Et le difficile retour à la réalité un an plus tard à Oran. Toujours montrer les confrontations entre le réel et le fantasme. Profond.

Ecriture : Alternance de beaucoup de médias. Donc les phrases sont courtes pour permettre à l’oeil de naviguer facilement entre les différents supports.

Transmission : Rencontre choc entre la culture française et oranaise par le biais d’une histoire d’amour (symbolique ?)

NB : N’hésitez pas à laisser des commentaires aussi bien sur l’article que sur les conseils d’écriture. Et si vos petits doigts commencent à fourmiller, c’est que vous avez envie de passer à l’action. C’est peut-être le moment pour vous d’aller faire un tour du côté de la page 350 mots.

Ceux qui ont aimé cet article ont aussi apprécié :

(Visited 3 321 times, 1 visits today)

Commentaire Facebook

commentaires

2 Comments

  1. Bonjour,
    Le récit du séjour d’Apollinaire à Oran par Madeleine Pages elle-même a été publié en novembre 2013 dans “La Revue d’études apollinariennes” n°14 (éditions Calliopées).
    Dans mon récit “l’Année d’Apollinaire” qui se déroule en 1915 et qui est récemment paru chez Fauves Editions, j’ai évoqué la rencontre du poète et son séjour oranais.
    Bien cordialement à vous.

  2. Merci beaucoup pour ce commentaire. Je vais essayer de me procurer ces ouvrages !

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *