Memoblog – Oran

Paul Souleyre

Trou noir (témoignage de Cookie envoyé par la page “350 mots”)

Posted by on Mai 17, 2012

Tuyau/Tube (2) (source : Phillip Grondin)

Tuyau/Tube (2) (source : Phillip Grondin)

J’ai reçu le texte de Cookie mardi après-midi. Elle y décrit une transmission bancale de ses parents pieds-noirs, mais aussi ce qui fait la force de ce monde, la volonté de rester digne dans la souffrance. Elle n’aurait pas déparé les témoins d’Hubert Ripoll.

Merci Cookie, pour ce texte.

 

 *

TRANSMISSION

HISTOIRE

TRADITIONS

LIEUX

PERSONNAGES

ARTISTES

CHOSES

FAMILLE

 *

Ma mère était une femme malade depuis 25 ans, mais aussi une femme forte, belle, intelligente.

Ma mère rayonnait partout où elle allait. Elle faisait rire. Elle disait toujours qu’elle détestait la discrétion. C’était une blague entre nous : un bijou discret, c’est fade… les crèmes solaires à paillettes qui font la peau scintillante au soleil, j’adore ça ! Ma mère était aussi une femme décidée à se libérer de l’emprise des hommes dans un contexte mai 68… Ca tombait à pic, ce mai 68 !!!

Elle était d’Oran, pied noir, comme mon père. Leur seul et unique point commun : l’Algérie. Un attachement vital à leur dignité, aucune compassion attendue des autres, une volonté d’avancer sans l’aide de personne et peut-être au fond une profonde blessure, un profond sentiment de solitude et d’incompréhension. L’Algérie française n’existe plus, leur identité a disparu avec ce monde qui restera à jamais méconnu.

Mes parents, rapidement divorcés, avaient un ressenti différent de l’Algérie. Ma mère a été contente de quitter ce pays, mon père, non. Ma mère est partie en maison de retraite à 58 ans. Elle a quitté sans drame, silencieusement la maison où son mari est mort. La porte s’est refermée, comme si on partait faire des courses…

Mon père se sent étranger partout où il va…

Je suis fille de pieds noirs, et je porte une part de ce trou noir en eux. Je suis gaie, rigolote, entourée d’amis, je voyage, j’aime les animaux, je suis végétarienne… je ne suis pas triste du tout mais, dans ce monde là, la seule véritable amie de cœur que j’ai, comme une sœur pour moi, c’est une marocaine née en France.

Et je sais que ça n’est pas pour rien.

 

Cookie.

 *

TRANSMISSION

HISTOIRE

TRADITIONS

LIEUX

PERSONNAGES

ARTISTES

CHOSES

FAMILLE

 *

image_groupe_cdha_blog

 

Ceux qui ont aimé cet article ont aussi apprécié :

(Visited 96 times, 1 visits today)

Commentaire Facebook

commentaires

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *