Memoblog – Oran

Paul Souleyre

La pêche aux oursins

Posted by on Juil 1, 2012

Oursin

Oursin

Il semblerait que la pêche aux oursins ait été une activité particulièrement prisée des français d’Algérie.

Peut-être est-ce encore le cas aujourd’hui. Il n’y a pas de raison que ce genre d’activité cesse brutalement. Elle a l’air d’avoir beaucoup marqué les esprits. Mon père en parle dans son livre. Si je vais faire un tour sur Internet, j’ai rapidement des renseignements. Même ma mère trouve le moyen d’en parler.

Quelquefois, le dimanche matin, ou le jeudi matin, je ne sais plus, mon père nous emmenait à la crique.

Je ne sais plus du tout comment on y arrivait. C’était une crique très petite, d’une pureté (eau et rochers) miraculeuse. On voyait le fond de la mer comme si on y était. Mon père et mon frère se baignaient et ramassaient des oursins dont on mangeait une bonne partie tout de suite. Ils étaient délicatement parfumés.

C’était une sorte de paradis terrestre, cette crique, une splendeur de la nature. Mon père ne pensait qu’aux oursins, mon frère ne quittait pas notre père, faisait tout comme lui, moi je me remplissais les yeux des merveilles environnantes mais je crois que je ne me baignais pas, j’avais peur des oursins.

C’est drôle, ma mère n’est jamais venue à la crique, je ne sais pas pourquoi. Il faut dire que le matin, elle s’affairait à préparer le déjeuner. Car les oursins, c’est minuscule à l’intérieur des piquants finalement. Ça ne nourrit personne. C’était juste pour le plaisir qu’on les mangeait.

Ma mère ne peut pas s’empêcher de relever les positions sociales des uns et des autres lorsqu’elle raconte l’Algérie de son enfance.

On sent qu’il y avait un paradis terrestre, on sent aussi que tout le monde n’y avait pas forcément droit, que certaines devaient rôtir en enfer toute la matinée pour préparer le repas.

Dans le reportage de mardi soir dont j’ai déjà parlé, il y a un court passage très instructif. On voit que toutes les femmes de la famille vivaient dans une espèce de grande maison (qui était peut-être un immeuble de plusieurs appartements, il faudrait que je revois le reportage) et la joie rayonne sur les visages des mères qui portent des enfants dans les bras.

Les hommes sont au travail, les femmes à la maison. Mais ce n’est pas étonnant pour l’époque et après tout, si tout le monde y trouve son compte, pourquoi pas. Le problème surgit lorsqu’on demande à l’une des femmes pourquoi elle n’a pas habité avec les autres. La réponse est sans ambiguïté : “à cause des cancans.”

Et là, on comprend beaucoup de choses.

On comprend que la crique aux oursins n’est pas le paradis puisqu’il y manque souvent la femme (mais ne généralisons pas, la mère d’Olivier Py semble participer aux activités de la famille) et on comprend que le foyer familial où la femme règne ne permet pas d’intimité.

Comme toujours, il faudrait nuancer. Il n’empêche.

La pêche aux oursins révèle des failles.

Attention aux piquants.

 

Paul Souleyre

 

image_groupe_cdha_blog

 

* * *

Allez-vous (alliez-vous) à la pêche aux oursins ?

 

Répondez dans les commentaires.
Et si vous avez aimé cet article, cliquez sur “J’aime”.

* * *

3 Conseils d’écriture tirés de l’article

Blogging : Un blog est à la fois général et particulier. Le sujet est commun ; l’angle est personnel. Je pensais démarrer sur la pêche aux oursins le plus simplement du monde et puis, à cause du texte de ma mère, je suis parti sur les positions sociales sociales dans l’Algérie française. Il y aurait beaucoup à redire sur les mythes construits à ce propos. Je n’ai jamais cru au paradis de ce monde disparu, ce n’est pas aujourd’hui que je vais commencer. L’angle est donc celui du dominé. Dans une société, toujours repérer l’angle du dominé.

Ecriture : Principe d’écriture simple : on démarre sur un sujet. Si jamais la suite qui n’était pas prévue devient plus intéressante que le sujet initial, se laisser porter par la suite.

Transmission : La transmission féminine mériterait d’être très étudiée. Elle fait grandement défaut sur Internet et ailleurs.

NB : N’hésitez pas à laisser des commentaires aussi bien sur l’article que sur les conseils d’écriture. Et si vos petits doigts commencent à fourmiller, c’est que vous avez envie de passer à l’action. C’est peut-être le moment pour vous d’aller faire un tour du côté de la page 350 mots.

Ceux qui ont aimé cet article ont aussi apprécié :

(Visited 510 times, 1 visits today)

Commentaire Facebook

commentaires

4 Comments

  1. Po po po ! L’illustration ! Un oursin noir 🙁 Justement celui qui n’est pas comestible. Seuls le sont les marrons et les violets. Je te dirai en aparté comment nombre de PN oranais appelaient ces oursins noirs…
    Lionel, pêcheur d’oursins depuis 45 ans… mais en Espagne…

  2. Ouh là là, je vais me faire lyncher !!! Tant pis, je le laisse quand même !!
    Merci Lionel.

  3. Mais non ! Je ne suis que douceur et gentillesse !
    Petite précision, on ne pêchait pas les oursins à Oran, on “faisait” les oursins. Le plus souvent avec un roseau à l’extrémité duquel on attachait une fourchette, ou plus simplement toujours avec un roseau dont on fendait l’extrémité en croix afin d’obtenir une sorte de pince (cela servait également à cueillir les fruits).

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *