Memoblog – Oran

Paul Souleyre

La koubba du Marabout d’Oran

Posted by on Avr 19, 2012

Oran - Marabout de Sidi Brahim

Oran – Marabout de Sidi-Brahim (source : chasseurs des Yvelines)

La Koubba d’Oran et le marabout d’Oran sont deux expressions identiques.

Quel beau titre, pourtant ! Mais c’est une erreur.

La Koubba est un monument élevé sur la tombe d’un personnage vénéré, lit-on sur Imago Mundi.

Et le marabout est le nom impropre donné à ce type de constructions par les français de l’époque coloniale.

Mais ce titre qui se trouvait sur une page web est si agréable à l’oreille que j’ai décidé de le garder tel quel.

Alors c’est quoi cette koubba d’Oran ?

*

 

C’est la Koubba de Sidi-Brahim. Le 23 septembre 1845, le capitaine Dutertre est conduit devant la Koubba sur les ordres d’Abd-el-Kader qui lui promet la vie sauve s’il décide ses camarades à se rendre.

Peine perdue, ils ne se rendront pas. Abd-el-Kader et les siens gagnent la bataille. Le Capitaine Dutertre est décapité. Le 8e Bataillon de Chasseurs d’Orléans et du 2e Hussards sont héroïques. Tout le monde y trouve son compte.

Le monument de Sidi Brahim à Oran, avant 1962.

Le monument de Sidi-Brahim à Oran, avant 1962. (source le coin de Georges Viéville  sur le site Oran des années 50)

Le souvenir de cette lutte est tel qu’en 1893, il est décidé d’ériger un monument sur la place d’armes d’Oran. On choisit le sculpteur Aimé-Jules Dalou, l’un des plus respectés de l’époque.

Mais le bonhomme n’est pas simple. Il réclame 35 000 francs pour son œuvre, “La Gloire” et “La France”. Actuellement, seule “La Gloire” reste au sommet du monument.

“La France” a été rapatriée et le portrait de l’Emir Abd-el-Kader a pris sa place au pied du monument. Tout un symbole.

Mais l’homme Dalou est artiste et connaît sa valeur : il ne commencera pas sans une avance substantielle. Le comité d’organisation s’énerve et fait preuve d’une certaine ironie :

… sans mettre en doute la valeur de l’artiste, la “Gloire” et la “France” n’ont pas dû coûter de grands efforts d’imagination à un sculpteur d’aussi grand talent”. Résultat des courses, Dalou perçoit 10 000 francs et s’estime suffisamment rétribué pour entamer enfin son grand œuvre oranais.

monument sidi brahim perissac

“La France” rapatriée à Périssac

La livraison arrive à bord du Stilbé le 3 août 1898 en provenance de Rouen. “On devine les bronzes à travers les deux énormes caisses à claire-voie”. Le 6 août, les deux statues arrivent Place d’Armes.

Le 18, “La Gloire” vole de ses propres ailes et quelques jours plus tard, “La France” s’apprête à écrire les noms de l’Histoire contre le piédestal.

Ce sera fait le 29 août et inauguré le 17 décembre.

Voilà comment la Koubba d’Oran devint célèbre et voilà comment le Saint Sidi-Brahim se retrouva porté aux nues non loin de son maître Sidi El-Houari.

Mais nous en reparlerons.

 

Paul Souleyre.

 

 

REÇOIS DES INFORMATIONS SUR MES VIDÉOS >>

 

NB : Depuis la rédaction de cet article, je suis allé à la rencontre de la statue basse de la place d’armes (“La France”) qui a été rapatriée à Périssac en 1963. J’en ai écrit un article dans lequel vous pourrez revoir le live vidéo de cet article.

NB2 : j’ai croisé pas mal de marabouts à droite et à gauche : le marabout de Sidi Bachir et le marabout de St-Remy pour ne prendre que les deux principaux sur lesquels j’ai fait des textes. Mais il y a aussi le marabout de Sidi Snoussi à Choupot et celui d’Abd-el-Kader (le théologien) sur le plateau du Murdjajo. Voir aussi l’article sur les trois Sidi d’Oran par exemple.

 

image_groupe_cdha_blog

 

* * *

Et vous, confondez-vous la Koubba et le marabout ?

Répondez dans les commentaires.
Si vous avez aimé cet article, cliquez sur “J’aime”.

 
 

* * *

3 Conseils d’écriture tirés de l’article

Blogging : Un blog est à la fois général et particulier. Le sujet est commun ; l’angle est personnel. Cette histoire de Sidi Brahim est culturellement très importante aussi bien en France qu’en Algérie. Il fallait trouver un angle neutre mais intéressant malgré tout : ce sera l’angle de Dalou. L’artiste qui veut être payé avant de commencer son boulot. Il a bien raison. Ce sera mon conseil du jour : imaginez que vous allez être payé pour votre article. Ça motive.

Ecriture : J’ai choisi ce sujet par rapport au titre sur lequel je suis tombé par hasard. Il contient une erreur et pourtant, je l’ai gardée. Gardez les erreurs, elles sont souvent très belles. (Mais expliquez-les, bien sûr…)

Transmission : Dans la mesure du possible, transmettez le monde du point de vue de l’artiste. C’est quand même le moins ennuyeux.

NB : N’hésitez pas à laisser des commentaires aussi bien sur l’article que sur les conseils d’écriture. Et si vos petits doigts commencent à fourmiller, c’est que vous avez envie de passer à l’action. C’est peut-être le moment pour vous d’aller faire un tour du côté de la page 350 mots.

 

Ceux qui ont aimé cet article ont aussi apprécié :

(Visited 1 002 times, 1 visits today)

Commentaire Facebook

commentaires

2 Comments

  1. La Goubba (pas Koubba) telle qu’on la voit dans cette photo n’est pas situé à Oran, mais à l’ouest dans la région de Tlemcen. Goubba signifie “Voute” en arabe.

  2. Un marabout chrétien ! ça vous dit quelque chose ? SIDI BICINTI (saint vincent).
    C'est le seul et l'unique marabout chrétien et puis c'est une histoire vrai !
    A sidi bel abbes (ALGERIE).
    Voir mon article.

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *