Memoblog – Oran

Paul Souleyre

Les juifs et les Français d’Algérie dans “Le chat du rabbin”

Posted by on Mar 9, 2013

L'abbé Lambert dans "Le chat du rabbin" de Yoann Sfar

L’abbé Lambert dans “Le chat du rabbin” de Joann Sfar

Il y a longtemps que je me pose la question.

Comment parler de l’antisémitisme à Oran ?

D’autant plus que je n’ai pas envie d’entrer dans des polémiques sans issue. C’est le genre de sujet sur lequel les avis sont tranchés. Personne n’arrive à convaincre personne, c’est toujours viscéral, quelles que soient les opinions.

Mais j’ai des origines juives algériennes par ma mère, donc la question m’intéresse.

Dans un livre récent, et sous une plume sérieuse, j’ai lu que l’antisémitisme à Oran se limitait au début du siècle, était lié à l’affaire Dreyfus, et n’était plus reparu par la suite.

En un mot, que ce n’était pas bien méchant, voire surestimé.

Le problème est que je venais de lire quelques livres liés aux Juifs d’Algérie et que je n’avais pas vraiment le même son de cloche.

Par contre, on était dans la nuance, aucun manichéisme, il s’agissait surtout de regarder comment cette communauté s’était retrouvée coincée entre le statut de dhimmi (les musulmans “protègent” les gens du Livre sur leur terre) et la nationalité française généreusement offerte le 24 octobre 1870 par le décret Crémieux.

Image de prévisualisation YouTube

Dès la prise d’Alger, les Français rééquilibrent les statuts entre musulmans et juifs locaux puisque tous deux sont désormais des populations “indigènes”, selon le vocabulaire de l’époque, à égalité.

Les Juifs ont tout à gagner à sortir d’un statut de “protégé” qui ne protège pas grand chose, pour aller vers la citoyenneté française, symbole d’émancipation. Ce sera fait en 1870.

Sauf que Vichy viendra leur rappeler quelques décennies plus tard qu’une nationalité n’est guère qu’un bout de papier et qu’on ne peut faire confiance qu’à soi-même. Pendant 3 ans, ils ne seront plus rien. Les Américains débarquent le 8 novembre 1942 à Oran mais les juifs attendront encore un an avant de récupérer leur nationalité. Toujours la même excuse : désolé, mais on attend parce que ça ne va pas faire plaisir aux musulmans.

Les plus lucides savent que la réticence n’est pas nouvelle, l’Abbé Lambert veille au grain depuis 1934, et quelques années avant lui, le Docteur Molle n’a pas fait dans la dentelle. Voir le recueil d’articles de Paul Ménudier : “Docteur J. Molle, ancien député et maire d’Oran. Le Néo-antisémitisme”.

*

 

Publié par Paul Souleyre Ecriture sur dimanche 12 juin 2016

Et on ne parlera pas de l’antisémitisme du début de siècle (voir le livre de Geneviève Dermenjian, La crise anti-juive oranaise, 1895-1905) et du décret Crémieux qui n’a jamais été digéré.

Donc c’est un fait : Oran est une ville à l’antisémitisme rampant.

Dans la BD de Joann Sfar, Le Chat du Rabbin, les choses sont encore plus simples à comprendre : Oran est une ville sombre, l’abbé Lambert est un antisémite psychopathe, et toute la population le suit les yeux fermés parce que les Français d’Algérie sont des idiots. Les Juifs ont juste intérêt à raser les murs.

Ça prend six planches et l’auteur ne s’embarrasse pas de fioritures. (je n’en mets qu’une ci-dessous)

 

Ce qui me choque, ce n’est pas l’antisémitisme choquant de l’abbé Lambert, c’est la bien-pensance qui permet de pondre tranquillement six planches sans nuance sur les Français d’Algérie.

Dans ce genre de catégorisation restreinte et définitive, je ne vois pas où placer mon arrière-grand-père Paul Souleyre qui tombe amoureux de sa femme Meriem, et je ne vois pas où placer ses trois filles et ses deux fils non plus.

Il suffit de lire la page concernant le docteur Jules Abadie dans le livre de  Alfred Salinas Quand Franco réclamait Oran pour se rendre compte à quel point la place des Juifs à Oran est plus complexe qu’il n’y parait du fait de leur assimilation progressive dans la société française depuis 1870. (À noter que Alfred Salinas a aussi écrit un livre sur le docteur Jules Abadie)

Il n’est plus possible de dessiner une synagogue d’un côté et un abbé Lambert de l’autre sans la moindre nuance. Tout est profondément mêlé.

Image de prévisualisation YouTube

L’abbé Lambert voulait faire ériger une statue du Docteur Molle dans Oran, la population s’y est opposée. De son côté, le boulevard Malakoff est devenu celui du docteur Molle, sauf qu’il ne l’est pas resté longtemps, il a été débaptisé pour prendre le nom de Stalingrad.

Il y a un antisémitisme rampant (et bien souvent pas rampant du tout) à Oran, c’est une certitude, mais les Juifs sont de plus en plus assimilés, c’en est un autre, et ça rend le problème bien plus complexe.

Le Malka et son vieux lion (Le chat du Rabbin - Yoann Sfar)

Le Malka et son vieux lion (Le chat du Rabbin – Joann Sfar)

Montrer un Edmond Souleyre, de père auvergnat et de mère juive, en train de combattre aux côtés de Vichy contre le débarquement américain du haut du Fort de Santa-Cruz, aurait été plus subtil.

Ou montrer le Docteur Jules Abadie, à la personnalité complexe, marié à une Juive d’origine russe et pris lui-même pour un juif par les américains au point d’en faire quelqu’un d’important, voilà qui aurait été autrement plus intéressant.

Au lieu de quoi Oran en est réduit à un abbé Lambert hystérique d’un côté et à des juifs apeurés de l’autre.

Comment la situation est-elle résolue ? Le Malka s’approche de l’abbé Lambert, lui balance une tarte, et puis s’en va.

Le moins que l’on puisse dire est que les choses sont simples dans le chat du rabbin : il y a les gentils, les méchants, et on balance des tartes.

Dans ce genre de nuance, les Français d’Algérie apparaissent une fois de plus caricaturés, vite fait bien fait.

Je plains les pieds-noirs au prise avec de telles représentations.

Et je plains leurs enfants.

Mince, j’en suis un.

 

Paul Souleyre.

 

REÇOIS DES INFORMATIONS SUR MES VIDÉOS >>

 

Joann Sfar : Le Chat du Rabbin l’Intégrale, volume 1 (tomes 1 à 3) et l’Intégrale volume 2 (tomes 4 et 5)

 *

TRANSMISSIONHISTOIRETRADITIONSLIEUX
PERSONNAGESARTISTESCHOSESFAMILLE

 *

image_groupe_cdha_blog

* * *

Avez-vous lu la BD de Joann Sfar ?

 

Répondez dans les commentaires.
Et si vous avez aimé cet article, cliquez sur “J’aime”.

* * *

3 Conseils d’écriture tirés de l’article

Blogging : Un blog est à la fois général et particulier. Le sujet est commun ; l’angle est personnel. Le sujet est la BD de Joann Sfar, le chat du rabbin, et l’angle, celui de l’antisémitisme un peu trop facile. Décortiquer tous les manichéismes est une obligation. Ramener toute vérité à des contradictions internes est une nécessité

Ecriture : Comment marcher sur des oeufs…

Transmission : Il n’y a jamais de blanc et de noir. La difficulté est d’arriver à saisir de quoi sont faits les mélanges. Parce que la fraternisation merveilleuse n’existe pas non plus.

NB : N’hésitez pas à laisser des commentaires aussi bien sur l’article que sur les conseils d’écriture. Et si vos petits doigts commencent à fourmiller, c’est que vous avez envie de passer à l’action. C’est peut-être le moment pour vous d’aller faire un tour du côté de la page 350 mots.

Ceux qui ont aimé cet article ont aussi apprécié :

(Visited 702 times, 1 visits today)

Commentaire Facebook

commentaires

3 Comments

  1. Sauf que le décret Crémieux accorde la nationalité française à tous, juifs, musulmans et étrangers (européens)…

  2. Le décret 136 naturalise en masse les juifs d’Algérie. C’est automatique. Le décret 137 qui concerne la population musulmane et les étrangers résidents en Algérie indique qu’ils doivent demander la nationalité. Dans les deux cas, il faut renoncer au statut personnel codifié soit par le droit mosaique soit par le droit coranique. C’est plus simple pour les juifs puisque depuis toujours “la loi est la loi du pays”, c’est un des piliers du Talmud. C’est plus compliqué pour les musulmans puisque la seule loi valable en ce qui les concerne est la loi coranique. Les français savent très bien ce qu’ils font. Il s’agit en vérité de diviser pour mieux régner. Stratégie politique millénaire.

  3. Le décret de 1870 naturalise automatiquement tous les juifs, d’une part parce qu’ils n’ont, contrairement aux européens (étrangers) et aux musulmans (indigènes), AUCUN STATUT (ce qui n’est pas acceptable), et d’autre part parce qu’ils ne sont que quelques dizaines de milliers, ce qui rend cette intégration plus facile. Les tribunaux rabbiniques disparaissent donc (car pour un grand nombre d’événements, “la loi [n’était pas] la loi du pays”). Dire que c’est plus compliqué pour les musulmans, et qu’il s’agit de diviser pour régner, ne tient pas puisque les européens sont placés sur le même plan que les musulmans… ne pas l’oublier… Les oulémas feront un énorme travail pour que les musulmans ne demandent pas à bénéficier de ce décret (seuls quelques milliers en feront la demande). Que ce ne soit pas automatique pour les musulmans ET les européens s’explique d’une part parce que cela permettait d’intégrer de nouveaux citoyens français (et là très nombreux) en l’étalant dans le temps et d’autre part parce que, eux, avaient un statut, bien sûr très imparfait (indigènes ou étrangers) alors que les juifs n’en avaient aucun.

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *