Memoblog – Oran

Paul Souleyre

Jeanne Cheula décrit l’Algérie Heureuse

Posted by on Sep 8, 2012

jeanne cheula

C’est peut-être la première fois que je tombe sur un texte qui exprime clairement ce que je recherche depuis des mois.

Pour dire l’Algérie du bonheur, de mon bonheur, avant de raconter les folies meurtrières des dernières années qui l’ont défigurée et transmettre le journal qui retrace fidèlement ce qui s’est passé autour de nous, il me faut revenir à près de 40 ans en arrière.

C’est une douce joie que je savoure sans rancoeur, avec une nostalgie teintée de mélancolie, comme une mère qui se plait à retrouver le souvenir de ses enfants quand ils étaient petits.

C’est beau.

C’est simple, pur, sans emphase.

C’est Jeanne Cheula dans “Hier est proche d’aujourd’hui”, un livre sorti en 1979.

Je n’ai pas beaucoup de renseignements sur Jeanne Cheula si ce n’est qu’elle a eu son lot d’horreur puisqu’elle a connu le 5 juillet 1962 à Oran. Elle a écrit un témoignage très fort qui se trouve à cette adresse par exemple.

Mais elle sait qu’il y a eu quelque chose avant le 5 juillet, et quelque chose aussi avant la folie meurtrière des dernières années.

Quelque chose que j’ai toujours senti chez mon grand-père maternel, l’amour de l’Algérie avant tout.

C’est la raison qui me fait m’intéresser aussi à l’Algérie actuelle : Oran est toujours là, avec son Murdjadjo, sa Montagne des Lions et sa Sebkha. Et ses habitants, qui m’aident à la sentir. Je ne veux pas me priver de cette chance.

Il est possible d’éprouver quelque chose de ce qui a existé il y a 80 ans, parce que la mer, la montagne et la sebkha sont toujours là.

Notre histoire est toute simple, elle est celle de milliers et de milliers d’autres gens. Mais elle est, comme toutes les histoires de pieds-noirs, intimement liée à notre Pays, sans doute parce que, sous son ciel incomparable, on vivait hors des murs et on réagissait charnellement à toutes les choses extérieures. Le ciel, le soleil, la mer rythmaient la vie.

Ça, je l’ai toujours su. Mais c’est très bien écrit.

On rentre ensuite, au début du livre, dans de très belles descriptions qui, lorsqu’on commence à connaître les lieux, résonnent d’une manière toute différente. Je n’aurai pas travaillé en vain pendant 5 mois, je peux profiter de ces quelques phrases :

[…] Le charme d’Oran est plus brutal. Cela tient d’abord à l’acuité de la lumière, une lumière dont on croit toujours avoir tout dit, mais sur laquelle on revient sans cesse, car elle est l’essence même de l’Oranie : une lumière vibrante, changeante au gré des heures et qui donne un relief sensible aux moindres choses.

Le décor d’Oran ne manque ni de grandeur, ni de pittoresque ; dans un cadre plus rude que celui d’Alger, un plateau nu, la baie est magnifique. Par delà les falaises rouges et déchiquetées de Canastel et de Gambetta, la ville s’ouvre en un large éventail s’étageant au-dessus du port et s’arrête aux pentes abruptes du Murdjadjo. L’imposant fort turc au sommet de la montagne et la Vierge bénie qui domine la colline sont des images inséparables d’Oran

Et puis c’est la promenade autour de la sebkha, le passage dans les vignes à l’est, sur la corniche à l’ouest, et la traversée des petits villages.

A perte de vue, des champs de vignes remarquablement entretenues, offertes à toutes les ardeurs du soleil, faisaient la richesse de ce coin du pays où il n’était pas besoin de parcourir des kilomètres pour trouver une agglomération, comme dans le Constantinois ; ce qui à la longue faussait tout naturellement chez nous la notion des distances.

Les villages y étaient plus importants et plus proches les uns des autres. Riants villages d’Oranie, tous du même type, épanouis dans le soleil et la chaleur !

[…] Le spectacle entrevu un dimanche d’été, quand la chaleur  commençait à monter, était le même dans tous les villages traversés ;

une rue centrale bordée d’eucalyptus et de maison sans étage, où de jolies filles brunes promenaient des toilettes claires à la sortie de la messe, des garçons par petits groupes sur leur passage pour les regarder et répondre à leur sourire ;

une petite église toute blanche sur une plage ombragée de platanes ; des hommes jouants aux boules ; beaucoup de cafés aux terrasses encombrées de géraniums, envahies par la fumée des brochettes et des merguez qui grillaient sur du charbon de bois ;

des cafés maures pleins de musique nasillarde et bondés de joueurs de dominos ; de jeunes Arabes à bicyclettes et des vieux assis au soleil au bord des trottoirs. Arcole, Saint-Cloud, Renan, Saint-Leu…

Alors bien sûr, ça ne se voit pas sur les extraits prélevés, mais on est en plein mythe pionnier et fraternisation des peuples par ailleurs. Ce n’est pas grave, ce qui m’intéresse et qui est rare, c’est la qualité de l’écriture qui permet de retranscrire une émotion presque indescriptible.

Je peux enfin toucher du doigt sur des pages et des pages ce que mon grand-père a pu aimer là-bas. C’est très important d’être capable de transmettre ces sensations.

C’est chez lui que se trouvait ce livre.

L’ouvrage était accompagné d’une lettre signée Mme B. en date du 7 octobre 1981 et adressée à tous ceux qui l’avaient commandé.

Chers Amis. Merci de nous avoir fait confiance. Privat nous a livré 300 livres pour l’Exposition de Perpignan et les 1700 autres le 21 septembre. Depuis nous avons attendu les emballages qui devaient nous être livrés le même jour par une maison de Paris. Nous les recevons à l’instant…

Le Copyright est de 1979, la réception des livres à Perpignan pour octobre 1981.

Jeanne Cheula était très attendue.

Marquis de Morès

Rue Marquis de Morès

C’est sûr qu’en 1979, il n’y a pas grand-chose à se mettre sous la dent, en librairie.

Tout est en ligne et téléchargeable à cette adresse. J’en ferai peut-être une édition numérique au format Kindle pour que tout le monde puisse y avoir accès. Ce genre d’écrit ne mérite pas de passer à la trappe.

Après quelques petites recherches rapides sur Internet, je vois que cette Mme B. fait (faisait) partie du Cercle Algérianiste de Montpellier. Elle envoie à mon grand-père un exemplaire dédicacé de la main de Jeanne Cheula :

A Monsieur et Madame L. en souvenir d’Oran et tout particulièrement de la Rue Marquis de Morès, avec toute ma sympathie. Jeanne Cheula.

Pourquoi la Rue Marquis de Morès ? Je n’en sais rien.

Un mystère de plus.

C’est parfait.

 

Paul Souleyre.

 

image_groupe_cdha_blog

 

* * *

Et vous, aimez-vous les extraits de Jeanne Cheula ?

 

Répondez dans les commentaires.
Et si vous avez aimé cet article, cliquez sur “J’aime”.

* * *

3 Conseils d’écriture tirés de l’article

Blogging : Un blog est à la fois général et particulier. Le sujet est commun ; l’angle est personnel. Le sujet est l’Algérie Heureuse et l’angle, celui de Jeanne Cheula. L’angle poétique est particulièrement adapté à la nostalgie. Mais il faut savoir faire dans la sobriété sous peine de discrédit. 

Ecriture : Toujours mettre en valeur l’écriture avant le contenu lorsque l’écriture est forte. C’est l’écriture qui porte tout.

Transmission : Certaines sensations ne peuvent être transmises que par l’écriture. Donc il faut lire !

NB : N’hésitez pas à laisser des commentaires aussi bien sur l’article que sur les conseils d’écriture. Et si vos petits doigts commencent à fourmiller, c’est que vous avez envie de passer à l’action. C’est peut-être le moment pour vous d’aller faire un tour du côté de la page 350 mots.

Ceux qui ont aimé cet article ont aussi apprécié :

(Visited 169 times, 1 visits today)

Commentaire Facebook

commentaires

4 Comments

  1. L’amour de la terre, point crucial s’il en est… Mais aime-t-on une terre pour ce qu’elle est ou pour ce qu’on y a fait, c’est-à-dire pour sa propre vie sur cette terre ? Est-ce la terre que l’on aime ou n’est-ce pas plutôt soi-même que l’on aime vivant sur cette terre ? Allo docteur Freud ?

  2. Je crois qu’on aime le rapport qui s’établit entre les deux. Ni soi-même pour soi-même, ni la terre pour elle-même, mais la terre pour ce qu’elle nous a permis d’être. Et forcément, quand la terre disparaît, ce rapport qui nous a permis d’être quelqu’un disparaît, et on n’est plus tout à fait le même.

    C’est très bien exprimé dans un extrait du court-métrage qu’Olivier Py a tiré des films en 8 mm que ses parents avaient fait en Algérie. J’en ai fait un article il y a quelques mois. J’extrais aussi cette phrase qu’on entend à 0’25” et dans laquelle j’ai le sentiment (mais je me trompe peut-être) que tous les pieds-noirs se reconnaîtront : “j’étais en parfait accord avec mon destin.”

  3. nous avions convenu avec Jeanne qu’elle devait témoigner de son regard sur la lumière des jours en Oranie pour le lancement des éditions .

  4. J’espère que tu me parleras d’elle. J’aime beaucoup ce qu’elle écrit. Un grand talent.

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *