Memoblog – Oran

Paul Souleyre

Les petites femmes au dos vouté

Posted by on Juil 17, 2012

Le mardi 26 juin, France 3 diffusait un reportage que j’ai déjà eu l’occasion de chroniquer. Je ne reviendrai pas sur le fond, je m’attacherai comme d’habitude à relever l’aspect minuscule des images qui ont traversé l’écran.

Hélène Cohen part à la recherche des membres de sa famille qui ont connu son père et plus encore, la soeur de son père et ses parents, disparus entre Beni Saf et Oran en juin 62.

Et le voyage dans lequel je suis embarqué ce soir-là n’est pas celui d’images d’archives colorisées qui inspirent le mystère mais celui plus intime des appartements et des vieilles dames pieds-noirs.

Je ne l’ai pas compris tout de suite tant le sujet d’un reportage s’impose toujours en lieu et place des signes qui le supportent.

Mais l’esprit reste toujours attiré par les signes.

Une boite aux lettres bizarre, une marche d’escalier plus petite que les autres ou une citrouille posée sur le recoin d’une table.

Lassé des grandes idées depuis longtemps, je suis involontairement devenu très attentif au petit objet qui passe au milieu de la route, à la couleur d’une porte, au tableau accroché au mur, ou à la posture d’une vieille dame qui parle.

J’écoute de moins en moins ce qui se dit ; je regarde de plus en plus ce qui se passe.

J’ai bien dû mettre une demi-heure à remarquer que je voyais ma grand-mère en train de parler dans son appartement. Il a fallu que je tombe sur une vieille dame au dos voûté dans un petit appartement pour que je me réveille : tout ce qui venait de passer sous mes yeux depuis une demi-heure était marqué par ces postures et ces appartements.

Des vieilles dames au dos voûté dans des appartements modestes.

Une grande simplicité dans tout. Aucun discours surfait devant la caméra. Un certain retrait même, qui rend Hélène Cohen trop intellectuelle, à la recherche d’un monde qu’elle ne retrouvera pas.

Ce monde-là n’est pas tant le monde des évènements historiques intellectualisés que celui des exilés du quotidien. Petits objets de rien du tout posés sur les buffets, horloges rococos, photos de famille, corbeilles de fruits et plateaux de cuivre.

Il ne faut pas trois heures pour se rendre compte qu’il n’y a rien derrière la table, que tout se trouve dans l’air, fantômes et terres invisibles à la caméra, aussi lourds à porter que des souvenirs d’enfance, portés malgré tout dans le sourire, par égard pour Hélène Cohen.

Par égard pour le présent.

Mais le dos voûté.

 

Paul Souleyre

 

image_groupe_cdha_blog

 

* * *

Et vous, pensez-vous que ce dos voûté signifie plus qu’il n’en a l’air  ?

 

Répondez dans les commentaires.
Et si vous avez aimé cet article, cliquez sur “J’aime”.

* * *

3 Conseils d’écriture tirés de l’article

Blogging : Un blog est à la fois général et particulier. Le sujet est commun ; l’angle est personnel. Le sujet se confond ici avec l’angle puisque le sujet est l’angle de vue porté sur les choses. On ne peut commencer à fusionner le sujet et l’angle dans le même article qu’à partir du moment où le sujet et l’angle sont définis depuis longtemps par les nombreux articles précédents.

Ecriture : La tonalité générale est celui de la quête du détail. Le détail est toujours un formidable révélateur du général. Mais c’est un détail. Il est invisible et bien souvent parce que trop visible. C’est le principe du nez au milieu de la figure.

Transmission : La véritable transmission passe par les signes qu’il faut savoir repérer dans le brouhaha général des grandes idées dévastatrices.

NB : N’hésitez pas à laisser des commentaires aussi bien sur l’article que sur les conseils d’écriture. Et si vos petits doigts commencent à fourmiller, c’est que vous avez envie de passer à l’action. C’est peut-être le moment pour vous d’aller faire un tour du côté de la page 350 mots.

Ceux qui ont aimé cet article ont aussi apprécié :

(Visited 102 times, 1 visits today)

Commentaire Facebook

commentaires

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *