Memoblog – Oran

Paul Souleyre

Ecritures féminines

Posted by on Juil 20, 2012

Je ne suis pas spécialement poète.

J’aime la musique des mots et pourtant, j’ai du mal avec la poésie. Très vite, je suis perdu. Ce qui me rend incapable de porter un regard sur Blanche Bendahan, né à Oran le 23 novembre 1903 et morte à Nice, le 21 juillet 1975.

Saddek Benkada en parle assez longuement dans le livre de Kouider Metaïr, Oran la mémoire.

Blanche Bendahan appartient à cette catégorie  de femmes juives inscrites dans la modernité et imprégnées de culture française mais, également, attachées aux traditions de la communauté juive séfarade d’Oran.

Celle-ci a donné à l’Algérie de nombreuses femmes écrivains judéo-maghrébines, de langue française, telle que Berthe Aboulker (épouse du docteur Benichou, demi-soeur de Célestine Aboulker, née à Alger, marié à un avocat juif oranais, Julien Harburger), Sarah Levy, etc.

Je me perds très vite dès lors qu’une liste de noms se glisse dans un livre. Je suis incapable de suivre une énumération, donc je saute les lignes. C’est involontaire (et regrettable).

Mais il y a un avantage à ce défaut : je regarde autre chose en attendant que l’énumération s’égrène. Et je vois passer “nombreuses femmes écrivains judéo-maghrébines”

J’ai reçu il y a peu, un gros livre “Ecriture féminine : réception, discours et représentations” sous la direction de Mohamed Daoud, Faouzia Bendjelid et Christine Detrez. Ce sont des textes tirés d’un colloque international sur l’écriture féminine organisé à Oran en novembre 2007.

Je dois le chroniquer pour une revue de Sciences Sociales en ligne et je l’ai à peine commencé. Mais je n’ai pas pu m’empêcher de le commander.

Lorsque je vois écriture féminine, je me dis peut-être.

Peut-être y a-t-il là enfin, dans ce livre féminin, un echo de ce qu’a vécu ma mère en Algérie et qui lui a fait apprécier la France.

Peut-être y a-t-il là enfin, dans ce livre féminin, une femme qui raconte les cancans des autres femmes dans les appartements d’Oran.

Peut-être y a-t-il là enfin, dans ce livre féminin, une femme qui jette par la fenêtre les fourneaux devant lesquels elle passe ses matinées pendant que la famille pêche les oursins.

Je suis tombé sur un poème de Blanche Bendhan, “L‘Odeur du Sud” , qui célèbre son Algérie natale. C’est sur cette page.

J’ai de plus en plus le soupçon que ce genre d’ode à l’Algérie fut publié parce que les éditeurs de l’époque étaient en grande majorité du genre masculin. Ils retenaient ce qu’ils pouvaient comprendre pour rejeter ce qui ne fait pas sens, le féminin.

Blanche Bendham ne m’intéresse pas beaucoup, même si elle semble sincère. Je cherche autre chose et je mets bien du temps à le trouver. La parole des femmes est enfouie.

J’attends beaucoup de mon gros livre sur l’écriture féminine.

Trop, sûrement.

 

Paul Souleyre

 

image_groupe_cdha_blog

 

* * *

Et vous, ressentez-vous l’absence de la parole féminine dans la transmission de l’Algérie française ?

 

Répondez dans les commentaires.
Et si vous avez aimé cet article, cliquez sur “J’aime”.

* * *

3 Conseils d’écriture tirés de l’article

Blogging : Un blog est à la fois général et particulier. Le sujet est commun ; l’angle est personnel. Le sujet est l’écriture féminine, et l’angle, celui qui est à la recherche de la parole féminine. Rechercher l’angle féminin est forcément intéressant, c’est un angle minoritaire.

Ecriture : J’ai commencé sur Blanche Bendahan et dérivé sur l’écriture féminine. C’est aussi quand on ne sent pas l’écrivain dont on s’est mis en tête de parler.

Transmission : Ne jamais baisser les bras dans la recherche d’une transmission minoritaire.

NB : N’hésitez pas à laisser des commentaires aussi bien sur l’article que sur les conseils d’écriture. Et si vos petits doigts commencent à fourmiller, c’est que vous avez envie de passer à l’action. C’est peut-être le moment pour vous d’aller faire un tour du côté de la page 350 mots.

Ceux qui ont aimé cet article ont aussi apprécié :

(Visited 81 times, 1 visits today)

Commentaire Facebook

commentaires

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *