Memoblog – Oran

Paul Souleyre

Les cigarières de chez Bastos

Posted by on Juin 29, 2012

Le paquet de cigarette Juan Bastos (source :

Le paquet de cigarette Juan Bastos

Il y a toujours des surprises lorsqu’on se penche sur une région du monde.

Ce que j’appelle une surprise, c’est quand deux lieux se lient de manière inattendue.

Le cas Orangina, par exemple, est typique.

La boisson vivait seule dans mon frigo jusqu’à ce que j’apprenne un jour l’existence de ses vieilles soeurs, originaires de la Mitidja, au sud d’Alger, et sources de blague dans les brasseries d’Oran.

Les Bastos, c’est un peu la même chose.

Ces cigarettes sont pour moi liées à l’Espagne. Adolescent, j’ai fait deux séjours linguistiques à Valladolid et Tarragone pour me perfectionner (c’est un grand mot) dans la langue locale. Le premier séjour, j’ai fumé des Fortuna ; le second, j’ai découvert les Bastos.

Les usines Bastos déjà installées à Oran en 1855 (source J.C. Pillon)

Les usines Bastos déjà installées à Oran en 1855 (source J.C. Pillon)

Je n’en suis pas devenu fanatique mais ces cigarettes me semblaient plus rudes que les fortuna, trop délicates à mon goût, en décalage avec le contexte. En revanche, les Bastos symbolisaient les cigarettes du mâle espagnol.

A 15 ans, on se cherche une personnalité.

Les Bastos me paraissaient des cigarettes de vieux bonhommes assis au comptoir, mal rasés, éreintés par le travail sur les chantiers, et jetant sur le sol des serviettes en papier après avoir goûté un calamar farci derrière une tortilla.

Autant dire que les Bastos étaient pour moi le summum de la virilité.

*

 

Et puis j’ai découvert que ces cigarettes originaires de Malaga s’étaient implantées à Oran pour construire un véritable empire en Algérie. (Voir le roman de Claude de Fréminville “Bunoz” qui relate l’histoire de Juan Bastos… un peu transformée)

La tombe de Juan Bastos au cimetière de Tamashouet (source : matteraespi.fr)

La tombe de Juan Bastos au cimetière de Tamashouet (source : matteraespi.fr)

Juan Bastos, premier de la lignée, développe à Oran une activité de roulage de cigarettes à la main dès le début de la colonisation française.

En quelques décennies, le petite entreprise familiale va prospérer au rythme de l’accroissement du nombre de soldats. A la fin du XIX° siècle, Bastos emploie 3500 personnes à Oran et Alger. Plusieurs bureaux sont ouverts un peu partout ailleurs dans le monde durant la première moitié du XX°S, pendant laquelle la production annuelle atteint les 600 millions de cigarettes.

La cigarette Bastos est indissociable du soldat français de la guerre d’Algérie.

C’est dans un hors-série du journal La Provence sur les pieds-noirs. Ce n’est pas évident les hors-séries. Il faut fouiller dans tous les coins pour trouver autre chose que les horreurs. Pour qui désire tout simplement connaître l’histoire d’Oran (ou de toute autre ville) il faut s’accrocher. Quelques sites en parlent parfois, mais si peu.

Usine Bastos à Oran (source :

Usine Bastos à Oran (source : label sur le forum dzfoot )

Et puis de temps en temps, c’est le miracle. On tombe sur de petites perles.

Combien de “cigarières” issues du quartier ont été employées dans cette société, créée par Juan Bastos, immigré espagnol dans les années 1800 avant la conquête ? Difficile de donner un chiffre, car les “Marineras” ont constitué un bon vivier dans le recrutement des ouvrières de cette usine de tabac située rue C. Quint entre le port et la place de la République, au droit de la promenade de Létang, merveilleux jardin suspendu face à la belle rade d’Oran. La plupart des familles avait une parente (mère, tante, soeur, nièce ou cousine) exerçant chez Bastos.

C’est tout en bas de la page d’un site qui se rappelle le quartier de la Marine.

A 42 ans, j’abandonne la virilité espagnole pour les femmes de Bastos.

Les cigarières de l'usine Bastos à Oran

Les cigarières de l’usine Bastos à Oran (source J.C. Pillon)

 

Paul Souleyre.

 

REÇOIS DES INFORMATIONS SUR MES VIDÉOS >>

 

Collection de photos Georges Vieville sur les cigarettes Bastos
Image de prévisualisation YouTube

 

* * *

 

image_groupe_cdha_blog

 

* * *

Que pensez-vous des publicités Bastos ?…

 

Répondez dans les commentaires.
Si vous avez aimé cet article, cliquez sur “J’aime”.

* * *

3 Conseils d’écriture tirés de l’article

Blogging : Un blog est à la fois général et particulier. Le sujet est commun ; l’angle est personnel. Le sujet est ici la cigarettes Bastos. L’angle est le genre (masculin ou féminin ?). Les histoires d’hommes et de femmes sont un bon filon…

Ecriture : Attention à toujours bien intégrer les textes extérieurs dans la fluidité du texte personnel.

Transmission : Les femmes ont eu une place très importante mais difficile à quantifier. La transmission féminine est un mystère. J’y reviendrai à nouveau dans un prochain article.

NB : N’hésitez pas à laisser des commentaires aussi bien sur l’article que sur les conseils d’écriture. Et si vos petits doigts commencent à fourmiller, c’est que vous avez envie de passer à l’action. C’est peut-être le moment pour vous d’aller faire un tour du côté de la page 350 mots.

Ceux qui ont aimé cet article ont aussi apprécié :

(Visited 1 475 times, 1 visits today)

Commentaire Facebook

commentaires

7 Comments

  1. Bien avant la Guerre d’Algérie, c’est au cours de la Première Guerre mondiale que Bastos a fait fortune. Les guerres font beaucoup fumer, c’est connu. Une affinité de certaine famille oranaise avec le Ministère de la Guerre a fait le reste. Les Bastos ont été distribuées gratuitement aux poilus dans les tranchées, mais payées au prix fort au fournisseur…

  2. TOTALEMENT FAUX. Vous confondez avec Scaferlati !

  3. J’ai énormément de vieux papiers de bastos Alger 1’affiche de 1958 très bien conserver presque neuve et des factures avec publicité paquet de cigarette sur la facture

  4. bonjour,
    J’aimerai correspondre avec toutes les personnes qui aurait des archives sur le sujet, essayant moi même d’écrire un mémoire sur les cigarettes bastos en Algérie.
    Merci pour vos réponses
    AG

  5. D’ où , l’ expression : recevoir une bastos dans le corps .
    En rapport avec la ressemblance entre le paquet de cigarettes et celui des cartouches des soldats . Les deux tuent.

  6. J ai presque 800 emballages de bastos,camélia,palmera Abdelkader ben turki et des centaine de factures bastos

  7. Bonjour,
    Je cherche des cigarieres ou des anciens personne qui ont travaillé à bastos oran, des photo etc. Merci de me contacter sur (pinarena1234@yahoo.fr)

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *