Memoblog – Oran

Paul Souleyre

La cheminée de la centrale thermique du Ravin Blanc

Posted by on Août 4, 2012

Cheminée de la centrale thermique

Cheminée de la centrale thermique

Le ravin blanc n’est plus vraiment blanc, mais la cheminée est toujours là.

Je m’étonne de ne pas l’avoir repérée plus tôt.

Je crois que depuis Santa-Cruz, le regard est attiré vers le port, vers la ville, et vers la Montagne des Lions, dans le lointain.

On ne voit pas tout de suite cette cheminée, ou plus exactement, comme beaucoup d’éléments un peu trop évidents, le cerveau fait abstraction.

Je pense que je l’ai remarquée au détour d’une photo que je n’ai pas sous la main mais qui montre la ville depuis l’est. Là, on se trouve avec la cheminée au premier plan et on se demande d’où sort cette grande forme verticale en plein milieu de la photo.

Au début, j’ai vraiment trouvé cette cheminée disgracieuse, et puis c’est comme le théâtre rococo ou l’hôpital abandonné, on finit par s’habituer et à ne plus vouloir que les choses se présentent autrement.

SERVICESPRODUITS
MEMOPLUMEÉCRIRE

« Au début du mois de mars [1951] la centrale thermique du Ravin Blanc prend sérieusement tournure. La cheminée grandit, elle aussi. Deux chaudières sur quatre sont en place. Chacune d’elles, de 40 m de hauteur, produit 70 tonnes de vapeur – et 90 tonnes de fumée – à l’heure, à une température de 500 degrés.

Elles consomment 6 tonnes de charbon pulvérisé à l’heure et sont aménagées pour brûler  du charbon purement algérien : de Kénadsa et de Béchar. Dans un an, l’usine du Ravin Blanc tournera avec deux groupes de 25.000 kw.

La cheminée est la curiosité n°1. C’est la plus haute d’Europe. Sa base a 13 mètres de diamètre, l’orifice supérieur, 6 mètres. Haute de 140 mètres, elle dépassera de 80 mètres le niveau de la falaise.

Les techniciens assurent qu’elle ne crachera pas ses fumées sur les oranais ! Elles seront dépoussiérées et rendues invisibles avant évacuation. »

Je ne sais pas si la cheminée est importante pour les oranais mais elle l’est pour moi.

Lorsque je regarde le port  maintenant, je pense que mon regard s’assure en premier de la présence de la cheminée avant de poursuivre sa route vers la ville ou les digues.

L’autre jour, sur Facebook, une algérienne d’Oran désirait  discuter. Elle était de Gambetta, à l’est d’Oran. Pour en savoir davantage, je lui ai alors demandé si elle était plutôt à l’intérieur du quartier ou plutôt du côté du port, vers la cheminée.

Elle m’a répondu du côté du port, vers la cheminée.

C’est là que j’ai compris l’importance pour moi de cette cheminée. Elle est comme un énorme mat de bateau, comme le mat du bateau le plus grand du port, à l’entrée des digues, au pied des falaises.

Elle est un repère d’Oran au même titre que Santa-Cruz, la place d’armes ou la cathédrale.

Elle est un pavillon qui flotte à l’entrée du port, comme la capitainerie.

Elle est le phare.

 

Paul Souleyre

SERVICESPRODUITS
MEMOPLUMEÉCRIRE

* * *

Et vous, que pensez-vous de la cheminée de l’usine thermique   ?

 

Répondez dans les commentaires.
Et si vous avez aimé cet article, cliquez sur « J’aime ».

* * *

3 Conseils d’écriture tirés de l’article

Blogging : Un blog est à la fois général et particulier. Le sujet est commun ; l’angle est personnel. Le sujet est la cheminée thermique et l’angle celui du repère dans la ville. Toujours chercher à identifier les repères de la ville.

Ecriture : La cheminée est un repère lointain, le style est en adéquation et reste lointain.

Transmission : La cheminée fait partie des quelques « monuments » de la ville qui me paraissent incontournables.

NB : N’hésitez pas à laisser des commentaires aussi bien sur l’article que sur les conseils d’écriture. Et si vos petits doigts commencent à fourmiller, c’est que vous avez envie de passer à l’action. C’est peut-être le moment pour vous d’aller faire un tour du côté de la page 350 mots.

Ceux qui ont aimé cet article ont aussi apprécié :

(Visited 425 times, 1 visits today)

Commentaire Facebook

commentaires

2 Comments

  1. moi aussi je suis un oranais et plus j;etais un agent de la centrale ravin blanc pandant 16 ans et je vie actuelement en espane madrid ca me fait un grand chagrin d;avoire vue le cheminee a cette maniere je suis disole pour le cheminee et surtot oran

  2. mon père a participé a sa construction avec le maçon qui est tombé de échafaudage en perdant la vie…suite a cette accident mon a abandonné son poste de travail du décès de son ami .

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *