Memoblog – Oran

Paul Souleyre

Mais que faire de ces Caracoles ?

Posted by on Août 30, 2012

caracoles

Los Caracoles

Ce n’est pas moi qui le dis, c’est Salinas, à la page 136 de son livre.

Plus exactement, il écrit : Que faire de tous ces espagnols ?

Et bien sûr, il ne parle pas en son nom mais en celui “d’un député d’Oran, Eugène Etienne (1844-1921), dont les idées étaient pourtant exemptes de racisme ou de xénophobie” qui prenait peur en 1884, devant l’afflux de clandestins espagnols.

L’afflux espagnol était d’une telle ampleur que les autorités françaises furent amenées à exercer une étroite surveillance du littoral oranais afin d’empêcher les débarquements clandestins de famille entières en provenance d’Alicante et de l’Andalousie.

Du côté d’Arzew, entre la pointe de l’aiguille et le cap Ferrat, des colons et des gardes champêtres se relayaient la nuit en 1884, armés de fusils, dans le but de refouler à la mer les sans-papiers espagnols.

La peur s’emparait des milieux bien-pensants

C’est Lionel dans son commentaire d’hier qui m’a rappelé cette fameuse “solidarité espagnole…”

Les premiers arrivés n’aiment jamais voir se pointer les suivants. Donc, on s’arme et on attend tout le monde au coin du rocher. C’est comme ça.

Alors c’est quoi cette histoire de Caracoles, en fin de compte ? (escargots en espagnol). Il y a un site de caracolo qui fait référence à un livre de Jordi, les espagnols en Oranie.

caracoles

Caracoles de Alméria

L’origine du terme Caracoles est assez connue mais très clairement expliquée chez notre Caracolo espagnol qui a la délicatesse de traduire :

“Les Espagnols débarquaient en hordes compactes dans la province d’Oran… accompagnés de leurs femmes et d’une grouillante progéniture. Ils apportaient avec eux pour tout bagage, un matelas, une poêle à frire, une pioche et quelques couvertures (E.Violard – les Villages algériens – page 58). Tout comme les escargots, ils portaient tous leurs biens sur leur dos, d’où le surnom de caracoles (escargots).”

Ma grand-mère paternelle arrivait d’une famille aristocratique de Valence, famille aristocratique dont une des filles avait suivi par passion un pauvre hère jusqu’en Algérie. Je ne sais pas trop s’il s’agit d’une Caracola.

Mon grand-père maternel était catalan. Lui aussi doit avoir ses ascendants fin XIX°S. C’est peut-être un Caracolo si tout ce qui parle espagnol à Oran dérive d’un Caracolo.

La Chambre de commerce soutient au contraire l’immigration espagnole. En 1871, elle s’opposa au Gouvernement général de l’Algérie (GGA) qui préconisait une politique restrictive pour des raisons tenant à la sécurité nationale.

Le président consulaire écrit au Comte Louis de Gueydon (1809-1886), gouverneur général :

Les Espagnols qui, chassés de leur sol natal par la misère, par le manque de débouchés, par cette incertitude du lendemain qui chez eux pèse sur presque toute entreprise, viennent chercher dans notre possession africaine une existence moins précaire, la possibilité de tirer parti de leurs aptitudes laborieuses et, par suite, acquérir un sol qu’ils pourront cultiver paisiblement en toute propriété et laisser en héritage à leur enfants ; ces espagnols ne sont-ils pas dans les conditions qui font adopter pour unique Patrie, à l’émigrant de la terre où il trouve relativement le bien-être ?

caracoles mers el kebir

Mers el-Kebir

Je n’ai pas la réponse à la question du président consulaire mais j’ai trouvé un escargot qui mettra du temps à disparaitre et qui était déjà là avant tout le monde, c’est le nom donné au grand virage à la sortie de Mers el-Kebir, après le Fort Saint-André, et qui annonce la route des plages.

Je parle comme si j’avais connu ça…

 

Paul Souleyre

PS : pour ceux qui veulent en savoir plus, un document mis en ligne par Bernard Zimmermann.

 

image_groupe_cdha_blog

 

* * *

Et vous, avez-vous des origines caracoles ?

 

Répondez dans les commentaires.

Si vous avez aimé cet article, cliquez sur “J’aime”.

* * *

3 Conseils d’écriture tirés de l’article

Blogging : Un blog est à la fois général et particulier. Le sujet est commun ; l’angle est personnel. Le sujet est Los Caracoles et l’angle, celui des espagnols. Tous les espagnols sont-ils des caracoles ? Il faudra me dire. Toujours prendre l’angle des choses ou des groupes à part.

Ecriture : En toute chose, la fin est importante. Elle donne toujours le ton de l’ensemble. Ici, la fin est légère, l’article le devient rétrospectivement.

Transmission : Les transmissions parallèles font partie de la transmission générale. La transmission générale existe-t-elle, d’ailleurs ? 

NB : N’hésitez pas à laisser des commentaires aussi bien sur l’article que sur les conseils d’écriture. Et si vos petits doigts commencent à fourmiller, c’est que vous avez envie de passer à l’action. C’est peut-être le moment pour vous d’aller faire un tour du côté de la page 350 mots.

Ceux qui ont aimé cet article ont aussi apprécié :

(Visited 324 times, 1 visits today)

Commentaire Facebook

commentaires

1 Comment

  1. Et tous ces caracoles, “tous ces Fernandez, ces Lopez et autres Segura qui se voudraient français” (comme les considérait avec mépris l’autre grand escogriffe), démontreront très vite, en dépit des craintes du gouvernement de l’époque, leur attachement à leur nouvelle patrie en 14/18. Ils deviendront Français évidemment par le droit du sol, mais surtout par le droit du sang… celui versé sur les champs de bataille. Tiens, justement, quand le grand escogriffe en 1916 pour sauver sa peau offrit une honteuse et lâche reddition à Douaumont. Les caracoles, encore espagnols ou fraîchement néos, ne se voulaient pas (sic) Français, ils prouvaient, eux, qu’ils l’étaient… Même s’ils découvriront quelques décennies plus tard qu’ils avaient servi une marâtre ingrate… l’amère patrie…

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *