Memoblog – Oran

Paul Souleyre

Brouty plutôt que Cagayous

Posted by on Mai 23, 2012

Dessin de Charles Brouty

Plus le temps passe et plus je m’attache aux algériens d’Oran avec lesquels je discute quotidiennement.

Mais je n’oublie pas ceux qui ont aussi aimé la ville et l’ont quittée parce que c’était comme ça.

Je sors d’une réunion formidable qui a duré toute la journée et durant laquelle un homme d’une intelligence inouïe m’a réconcilié avec mon métier.

C’est suffisamment rare pour que je le signale.

Et cela, un mois avant que je ne m’éclipse des salles de classe pour une durée indéterminée que je souhaite en vérité la plus longue possible.

C’est que j’aime ce qui se passe en ce moment.

Je rentre du travail, je suis encore avec Monsieur L. dans la tête et la “mythique année 1996 ” . Tewfik vient me saluer sur Skype. Il veut juste savoir comment je vais. Voilà.

Il veut juste savoir comment je vais.

Et puis il me demande aussi quand je viens à Oran. Je lui dis que je n’en sais rien. Que ça va dépendre de plein de choses mais que j’ai hâte de passer une semaine à me promener au milieu des ficus amoureux de la promenade de Létang.

Il me dit tu sais quoi ? Dès que je suis payé, je m’achète un appareil photo !

Je souris intérieurement et je suis heureux pour lui et pour moi. Il va faire des photos et je vais les regarder.

Tout ça, c’est plus beau encore qu’une réunion magnifique avec un type d’une intelligence inouïe.

Et puis la nuit tombe, je dois écrire quelque chose. Quoi ? Je comprends très vite que je ne dois pas oublier d’où je viens. C’est le danger. Je n’ai pas le droit de succomber. Je n’aurai jamais le droit de succomber. Je suis du pays de nulle part. Je ne dois jamais l’oublier.

Je ne suis de nulle part.

Ils sont là, ce soir, tu vas écrire pour eux. Ne te laisse pas manger par cette fraîcheur nouvelle, par cette beauté de tous les instants. Trouve un sujet à la hauteur de tes ancêtres. Rends-leur hommage. Ils ne méritent pas de tomber dans l’oubli.

Personne ne mérite de tomber dans l’oubli.

Alors je pars à la recherche d’un artiste français de l’époque et ce n’est pas évident.

Je ne vais pas évoquer Camus, c’est un génie, tout le monde le sait, il est hors catégorie. Et puis je veux du simple. Donc je pense à Cagayous. Je ne suis jamais allé voir sérieusement ce qu’il y avait dans ses textes. J’y vais. Je regarde. Je tourne les pages. Je reviens. Je pars plus loin. Je lis. Je relis. Je lève la tête. Je réfléchis. Et puis je range le livre.

C’est complètement débile.

Je suis effondré. J’ai passé une demi-heure à perdre mon temps. Non, en fin de compte, je n’ai pas perdu mon temps, je me suis forgé une opinion dont on aura du mal à me détourner : Cagayous ne vaut strictement rien. C’est du folklore et du mauvais folklore. Les français d’Algérie ne méritent pas ça. Je dois trouver mieux.

Il y a forcément mieux.

Je repars dans les bouquins et je lis des trucs.

Soudain, je tombe sur un dessin : “sur le port d’Oran” .

Et là, je me dis, je tiens quelque chose. C’est d’une très très grande sensibilité. Ça tremble de partout et c’est léger comme une feuille au vent. Je sais que je suis tombé sur un grand. Vous pouvez taper Charles Brouty dans “Google images” et vous tomberez sur des centaines de dessins : je vous mets au défi d’en trouver un sans saveur. Ils vibrent de partout.

Ouf.

Je sais que je viens de sauver quelque chose pour toujours et à jamais. Je défendrai la cause de Brouty partout dans le monde.

A ceux qui me parleront de Camus, je dirai, Camus c’est hors catégorie, ça n’a aucun sens de vouloir le glisser là au milieu. Il est universel.

A ceux qui me parleront de Cagayous, je dirai, Cagayous c’est débile. Et sans argumenter. C’est évident. Je ne vais pas dépenser ma salive pour lui.

Je vais la garder pour Charles Brouty qui est un très grand artiste.

Regardez plutôt le théâtre d’Oran : vous l’avez déjà vu comme ça ?

 

En plus, il est mort à Pau, en 1984.

Et en 1984, j’étais à Pau.

Brouty est grand.

 

Paul Souleyre.

 

image_groupe_cdha_blog

 

* * *

Un lecteur m’a permis de découvrir que Charles Brouty avait illustré Mouloud Feraoun. Vous connaissez le livre ?

 

Répondez dans les commentaires.
Et si vous avez aimé cet article, cliquez sur “J’aime”.

* * *

3 Conseils d’écriture tirés de l’article

Blogging : Un blog est à la fois général et particulier. Le sujet est commun ; l’angle est personnel.  De manière générale, porter un avis tranché et définitif sur quelque chose est plutôt une mauvaise idée. Ne porter un avis négatif sur quelque chose que s’il peut être compensé par un avis positif fort et évident. Ici, il est évident que Brouty a du talent. Il n’est pas sûr que Cagayous n’en ait pas. On ne sait jamais (mais vraiment, ça m’étonnerait…)

Ecriture : L’article est deux fois plus long que ce que je fais d’habitude. On est à plus de 800 mots alors qu’on est autour de 400 d’habitude. Donc, il faut absolument l’aérer. Il faut couper les blocs de texte en paragraphes nombreux et courts quand l’article est long. Sinon, le lecteur ne tient pas jusqu’au bout. La lecture sur écran n’est pas la lecture sur papier.

Transmission : Transmettre, ce n’est pas que de l’inconscient. Il y a parfois des choix à faire. Il faut être exigeant avec soi-même et ne pas transmettre n’importe quoi. Faire des choix, c’est commencer à exister. Une transmission qui fait des choix et tranche permet à une communauté de commencer à exister.

NB : N’hésitez pas à laisser des commentaires aussi bien sur l’article que sur les conseils d’écriture. Et si vos petits doigts commencent à fourmiller, c’est que vous avez envie de passer à l’action. C’est peut-être le moment pour vous d’aller faire un tour du côté de la page 350 mots.

Ceux qui ont aimé cet article ont aussi apprécié :

(Visited 194 times, 1 visits today)

Commentaire Facebook

commentaires

3 Comments

  1. Bonjour Paul,

    Pourquoi tant de haine ?
    Les avis ,aussi tranchés font, en général, peur.
    Il n’y a, stricto sensu, rien à comparer entre l’oeuvre de Musette, qui fige, de façon caricaturale et instantanée la société Algéroise de l’époque, avec les multiples défauts et les quelques qualités (car, il y en a, ne vous en déplaise) d’une société naissante et “brut de décoffrage” et celle d’un dessinateur, aussi talentueux vous paraisse t il.

    Cet avis tranché, sent, malheureusement, le sectaire à plein nez.

    Je sais, rien ne m’oblige à lire votre blog.
    D’ailleurs, à l’avenir, je continuerai à m’abstenir.

    Salutations attristées…

    Max

  2. Bonjour Maxence,

    Je reconnais que cet article est extrême et peu intelligent.

    Il faut peut-être essayer de le remettre en perspective. J’écrivais depuis un mois seulement, et je tentais de trouver une voie dans mon appréhension d’Oran. Je rejetais brutalement certaines choses, en adorait d’autres, mais j’ai eu le temps depuis un an de mettre de l’eau dans mon vin pour essayer de mieux comprendre l’Algérie française, au moins vue depuis Oran.

    Je reviens d’une journée à Nîmes Santa-Cruz passée avec des personnes de la Marine et je m’y suis senti très bien. Vraiment. Je n’ai aucun mépris pour qui que ce soit.

    Ce qui ne veut pas dire du coup que je prends tout Musette-Cagayous sans réfléchir non plus, il y a une période antisémite très forte chez lui, très violente, qui me déplaît profondément, peut-être parce que j’ai des origines juives algériennes de Tlemcen du côté de ma mère, je ne sais pas…

  3. Brouty toujours présent dans mon imaginaire. J'étais enfant et j'adorais déjà. Et les publications parvenat dans mon bled étaient rares …. mais on n'oublie pas ce que l'on a aimé. J'ai côtoyé dans l'année 2003 un forum " Cagayous " aujourd'hui disparu, oeuvre d'une famille Algéroise titulaire des droits sur la publication …. je m'y suis bien amusé avant de me faire virer car mon débat avec quelques Algérois du moment passait mal. Polémique, affaire sensible …. Amitié à la relève.

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *