Memoblog – Oran

Paul Souleyre

C’est en montant sur le bateau qui nous a éloignés de l’Algérie que je me suis promis d’écrire des livres

Posted by on Déc 19, 2012

Oran 2012 - Photo Trance Atb Diesel

Oran 2012 – Photo Trance Atb Diesel

Jean-Marc L. : « de nombreux pieds-noirs tentent d’exprimer leur déracinement, d’en évacuer les souffrances par l’écriture (…). L’oeuvre individuelle naît alors du désir de dire, de libérer, de transmettre et de guérir… Avant d’arriver en France, j’étais journaliste mais je n’avais jamais écrit de roman.

C’est en montant sur le bateau qui nous a éloignés de l’Algérie que je me suis promis d’écrire des livres, d’abord pour faire vivre ma famille, ensuite pour raconter ce que nous vivions.

Raconter notre histoire m’a permis en quelques sortes d’expulser ce noeud qu’il y avait en moi depuis le départ. Il fallait que je mette sur le papier les horreurs que nous avions vécues »

Je ne sais plus très bien comment je suis tombé sur ce document.

C’est dans une thèse de 566 pages soutenue le 12 décembre 2007 par Marie Muyl à l’Université de Paris I – Panthéon Sorbonne, et qui s’intitule « Les Français d’Algérie : socio-histoire d’une identité. »

Je me demandais à quelle sauce l’identité allait être mangée. Elle n’a pas été mangée.

J’ai survolé 1830-1962 pour filer directement à l’après 62, parce que, miracle, on parlait de moi. On disait que les enfants de pieds-noirs avaient peut-être un rapport avec cette histoire. Pas forcément beaucoup de lignes, mais quelques-unes, par-ci par-là, de temps en temps.

Clarisse Buono, enfant de pieds-noirs et auteur d’un livre que je n’ai pas lu, Pieds-noirs de père en fils, écrit par exemple :

« Peu importe (…) d’avoir vécu en Algérie, d’avoir été rapatrié, ou bien même d’être né en Algérie pour posséder les cartes de l’histoire parallèle pied-noir. Etre descendants permet en quelque sorte d’avoir été le « témoin direct » des événements, et, de ce fait, de contrer en toute légitimité l’histoire officielle. »

C’est une parole que les pieds-noirs n’accepteront jamais venant d’un enfant de pieds-noirs.

Donc je ne la prononce jamais parce qu’aucun pieds-noirs ne considère son enfant comme portant légitimement la parole pieds-noirs. A part mon père, peut-être, qui estime qu’on va bientôt pouvoir m’appeler « l’oranais ». Ça m’a touché.

Mais c’est mon père et je ne suis pas dupe.

SERVICESPRODUITS
MEMOPLUMEÉCRIRE

Pour le reste de la communauté, enfant de pieds-noirs je suis, enfant de pieds-noirs je reste. Ça ne me pose aucun problème d’ailleurs, parce que je n’ai pas pour ambition de faire la révolution, mais seulement de mieux connaître Oran.

Jean-Félix Vallat est un pieds-noirs qui a vécu des choses horribles durant la guerre. Il intervient lui aussi dans le texte de Marie Muyl :

« A la limite, même les enfants comme vous, qui sont nés de parents rapatriés, qui sont nés en France. Ils font partie de la communauté rapatriée. Ce sont les descendants de la communauté rapatriée. »

A la limite… C’est bien de l’avoir franchie. Je fais donc partie de la communauté des rapatriés et c’est exprimé par un rapatrié qui a souffert. Donc ça a plus de valeur que la parole de Clarisse Buono.

Mais à quelle condition fais-je partie de cette communauté ?

Interview de Clarisse Buono en trois questions dans l’express du 8 novembre 2004 : « On m’a très souvent demandé si je comptais « réhabiliter » la communauté [pieds-noirs]. Comme ce n’était pas mon but, beaucoup de portes se sont fermées. » Voilà pour les enfants qui auraient la folle idée de vouloir intégrer la communauté.

Je n’épiloguerai pas.

Je connais peu de personnes qui ne soient pas dans cette logique. Je les salue.

Je peux recueillir la parole pieds-noirs, faire en sorte qu’elle ne se perde pas, peut-être même lui donner une certaine saveur si je suis dans un bon jour, mais je ne peux pas épouser sa cause les yeux fermés. Il faudrait pour cela oublier qui je suis.

Il faudrait oublier que je suis né en France, et que l’Éducation Nationale m’a nourri au biberon de l’esprit critique voltairien, avant même de m’enseigner l’Histoire.

Mais les pieds-noirs n’ont pas confiance dans l’esprit critique de leur progéniture. Probablement parce qu’ils ne croient plus en la France depuis longtemps et qu’ils ne pensent pas leurs enfants capables de faire la part des choses.

C’est dommage. On est dans l’impasse.

Il ne faut pas chercher plus loin les problèmes de transmission : à partir du moment où des parents considèrent que leurs enfants ne peuvent pas les comprendre, qu’ils ont été élevés par un pays en qui on ne peut plus faire confiance, je ne vois pas comment ces enfants pourraient transmettre quoi que ce soit.

Ma mère, oranaise de naissance, n’aimait pas beaucoup la société française de l’Algérie. « Mon petit, le pays était beau, mais les gens étaient bêtes, en Algérie. »

Je ne suis pas d’accord avec cette phrase, mais il était important qu’elle soit prononcée parce que j’aurais peut-être pu croire, dans un grand élan de naïveté, que l’Algérie française était le plus beau pays du monde.

Et si je n’avais pas eu un peu d’esprit critique, je n’aurais pas pu reconnaître non plus, dans cette phrase, la marque d’une grande souffrance.

Ma mère était malade de l’Algérie française. Et peut-être bien de la guerre aussi. Je ne saurai jamais.

Ce n’est pas pour autant que j’ai pris sa parole excessive pour argent comptant ; je me suis rapproché de la communauté pieds-noirs pour me mettre à l’écoute.

Les enfants de pieds-noirs peuvent réfléchir. Ils peuvent aussi écouter. Et peut-être même comprendre certaines choses.

Après, il faut accepter de ne pas être sur la même longueur d’onde, de ne pas détenir la vérité. Et ça, c’est drôlement compliqué.

D’un côté comme de l’autre.

SERVICESPRODUITS
MEMOPLUMEÉCRIRE

Mme T. raconte :

« Ma fille voudrait que je l’écrive… parce que souvent, je raconte des choses, des histoires de famille… que je vous ai pas tout raconté. Je vous ai raconté les anciennes, mais peut-être le détail profond de certaines choses, je ne vous ai pas tout raconté dans la vie…

eh bien, quand je raconte des choses… mais, machinalement, si vous voulez, ça vient… je raconte des choses… et puis, je n’ai pas fait exprès de le raconter, et puis ça vient, je le raconte… « oh… », elle me dit chaque fois « mais c’est des histoires que tu dois écrire ».

Et j’avais commencé à écrire quelque chose. J’avais commencé à écrire, et je ne retrouve pas ces feuilles… alors ma fille me dit toujours… et même mon petit fils me dit « tu as continué à écrire ». Je lui dis « écoute, je me suis arrêtée en route, et j’ai perdu les deux feuilles recto verso que j’avais écrit…

et vous savez, dans mon enfance… je raconte des détails de mon enfance où j’ai été malheureuse. Je raconte des choses sur ces deux feuilles. Mais, il y en a tellement à raconter… tellement, tellement… ma fille dit « tu peux faire un livre. C’est un roman ta vie »… elle a raison… c’est vrai »

Robert L. : « Peut-être qu’un jour j’écrirai un bouquin pour mes enfants. Mais, il faut que je me dépêche… il n’y a que pour eux que je pourrais avoir envie d’écrire… parce que ça m’embête un petit peu… et puis comme on s’est beaucoup ratés dans la communication avec mes enfants, ce petit machin me dérange. Il est important pour moi… »

René M. : « Même mes enfants au début… à la fois ils me disaient « mais tu devrais écrire, parce que jamais au lycée on nous a raconté quoi que ce soit de tout ce que tu nous dis »

Jean-Pierre F. : « De temps en temps je me mets à écrire et je ne dis pas qu’un jour je, si j’y arrive, je… d’ailleurs, ça m’intéressera le travail que vous faites, j’ai commencé à écrire, faire quelque chose qui soit complètement autour de ce que j’ai lu, j’ai lu pas mal de littérature sur le sujet, mais sans nostalgie, je ne suis pas froid mais très réaliste par rapport aux choses et ce dont j’aimerais témoigner c’est que, finalement, le petit gamin que j’étais pendant 10 ans là bas était très dur (…)

l’Algérie que j’ai racontée dans le livre, c’est l’Algérie de mon enfance, de mes 10 ans et l’idée que j’ai creusée, j’ai écrit un premier manuscrit de 150 pages, je me suis fait voler le manuscrit il y a 7 ans en Espagne dans la voiture, je n’avais pas d’ordinateur à l’époque, ça m’a mis dans une colère monumentale et je m’y suis remis. »

 

Mais le non-dit de la transmission se trouve surtout là, dans le « petit machin qui dérange », et qui passe fugitivement dans le commentaire de Robert L.

« …et puis comme on s’est beaucoup ratés dans la communication avec mes enfants… »

Pourquoi ?

 

Paul Souleyre.

SERVICESPRODUITS
MEMOPLUMEÉCRIRE


Alain Vircondelet – La traversée, juin 1962… par Librairie_Mollat

*

image_groupe_cdha_blog

*

Ceux qui ont aimé cet article ont aussi apprécié :

(Visited 306 times, 1 visits today)

Commentaire Facebook

commentaires

14 Comments

  1. dans un couple on est toujours 2 et comme disait CAMUS les vérités , souvent , ne sont ni noires ou blanches , mais souvent grises . alors en ten tion aux condamnations trop rapidement définitives!

  2. il faut savoir de l'on parle et d'ou .
    les enfants des Pieds-Noirs ne vivent pas directement l'arrachement de l'exil ni le souvenir de la terreur des fellagas , mais ils peuvent partager la culture , l'histoire de leur peuple et se sentir solidaire.c'est à ce moment là qu'ils se déclareront Pieds-Noirs sans besoin d'etre adoubés par qui que ce soit.
    il leur faut etre compatissants pour ces rescapés d'un nettoyage ethnique , nourris comme eux à l'école de la république et pas au jus de sable !

  3. Je crois que nous nous sommes tous plus ou moins ratés avec nos enfants ! Parce que par pudeur ou niaiserie , nous n'avons pas raconté notre histoire , notre vérité ! Nous avons laissé le destin s'en charger , en vain , cela a été la plus grande erreur ! Un jour mon fils revenant du collège me demanda ; " Mais tu es Français ? " Ce fut un coup de poignard , sans le sang , ni poignard !

  4. Merci pour ce commentaire sincère et rare. Les relations parents-enfants sont très peu évoquées dans le monde pieds-noirs. C'est dommage.

  5. une histoire lourde pas toujours évident à relater à ses enfants

  6. oui peut être par pudeur ou par souffrance ,ou pour nous protéger ,qu'ils n'ont pas voulu parler ou remuer la plaie béante ..bien que des souvenirs douloureux nous ont poussés nous les enfants à en parler !ils avaient peur de faire de nous des écorchés vifs , des insoumis, des déracinés comme eux! ….mais nous le sommes !..moi j'ai épluché tout pour me faire une idée( j"avais 6 ans le mois de juin 62 , je m'en souviens puis je suis retourné ayant un grand père qui y était resté jusqu'en 80) et j'en ai parlé à mes fils , docs à l’appuie….on a besoin de savoir ,pour se protéger contre les calomnies !pour ne pas perdre notre amour propre,notre dignité ! pour lever notre tête ,trop longtemps à cacher , à se taire et encaisser même des profs des insultes sur nos parents , nos origines et notre moralité!mon jeune fils a eu un jour un 0 pour avoir contredit son prof d'histoire ,il est venu avec des docs pour lui prouver au prof que le son livre cachait la vérité ,2 h de colle!c'est pas grave ,il était fier et aujourd'hui ,il ne se laisse pas influencer!

  7. et c'est un tord de croire que des enfants ne souviennent rien ,dans mon cas ,j'ai une frousse bleu du feu ,pourquoi ,car mon père a du passer des barrages en feu le soir en revenant du cap falcon ,les fellahs qui montaient sur le toit ,tentaient d'entrer pas les fenêtres ou le chien massacré , le sang sur le trottoir,des vêtements déchirés immaculés sur le sol,,le regard vitreux d'un mort sur le bas coté d'une route ,les cries de iuo iuo ( insupportables même à ce jour) des femmes descendant dans les rues, certaines les seins à l'air , se griffant la peau et un couteau entre les dents ,et je courrais pour rentrer chez moi ,,c'était en sortant de l'école, j'ai perdu ma chaussure et ma poupée noire on a du traverser un camp pour les éviter………non ,j'ai 57 ans ,j'ai pas oublié !

  8. Juste à la fin de l’article, au niveau de la signature « Paul Souleyre », il y a le bouton « Partager ». ET il faut le partager !!

  9. Tu m'as bloqué ? Ton nom n'apparaît plus quand je tape +Jean Claude Gatto sur ma page !?

  10. Krysluvu Production Je n'ai touché à rien…

  11. Je recherche des photos prises par des troufions et des harkis au centre de tri de Beni-Messous (Alger), en octobre 1961. J’étais enfant. On est restés debout sur un pied durant quatre heures. Les trouffions nous prenaient en photo en rigolant, certains lâchèrent les chiens pour faire plus vivant, plus joli. Les harkis nous tapaient dessus avec des nerfs de bœuf. Les militaires à coups de crosse. Au bout de trois jours passés dans une cave, j’ai atterri à la Villa Sesini.
    Avec mes salutations cordiales et (toujours) sans rancune, car nous avons gagné la guerre.

    Ali Farid BELKADI
    Ali Farid Belkadi, Auteur. Historien/Anthropologue.
    Descendant des rois d’Alger.
    Site :
    http://www.chez.com/maghreb2000
    Blog :
    http://restesmortuairesderesistantsalgeriensaumuseumdeparis.blogs.nouvelobs.com/

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *