Memoblog – Oran

Paul Souleyre

Le ballottage défavorable

Posted by on Août 22, 2012

Comme toujours, c’est par hasard qu’on tombe sur des paroles en ballottage.
Sara - Patronne des gitans - Un monde en ballottage permanent

Sara – Patronne des gitans – Un monde en ballottage permanent

Ici, la parole d’une enfant de pieds-noirs dont la grand-mère était de Mascara. Je vais en reproduire une partie et puis je renverrai au reste pour le merveilleux  monde autour duquel tourne ce petit extrait.

Monde gitan, monde de l’au-delà, monde de la danse et de la joie. Entre-deux monde. Intermède et ballottage …

*

L’Algérie de mes racines, depuis 1830. Pays qui m’était interdit par la rancœur de mon père, sa déception et son chagrin.

Dans le discours de ma famille, éclatée à Paris, Marseille, Montpellier et Toulouse, tu es là sans cesse, Algérie ! Mes albums de famille sont remplis de dunes de sable oranaises, de sourires fiers de mes arrières et arrières grands parents, et de Pères Blancs.

Algérie, pays inconnu, mais tant raconté ! Zora fidèle à la famille… et sa mouna que j’ai tant savourée ! Les pâtisseries orientales, couleurs mordorées, chef d’œuvre du regard, concentré de soleil, mais ruisselantes de miel qui à force m’écœurait. Je leur préférais le tendre loukoum parfumé aux jolies couleurs pastel. Les orgies de couscous, blé de ta terre, Algérie ! Le thé à la menthe, et la liqueur de fleur d’oranger, spécialité de ma grand-mère !

Les réunions entre pieds-noirs très exubérantes… ! La musique, les chansons ! La voix ténor de mon père, mon premier et plus grand danseur de tango ! Très sollicité ! Son fort accent pied-noir, et dans son vocabulaire, comme dans celui de sa mère, des endroits qui me faisaient rêver : Al Bahdja « Alger la Blanche », Oran, Constantine, Mascara, Aïn-Sefra, Aïn-Fares, Mostaganem, Colombéchar, Arzew, Tiaret, Tlemcen, et combien d’autres encore ! Et le soleil, le soleil dans le bleu azur…

Lors des ces réunions, je partageais leur fête, je vibrais, j’épousais la fièvre des retrouvailles, j’écoutais les souvenirs échangés de ceux qui avaient hérités et perdu, là-bas, une vie idéale, dans un pays magnifique… grâce à la sueur des premiers colons, leurs ancêtres !

A Toulouse, combien de fois, dans l’autobus, j’accrochais un sourire complice sur mon visage, lorsque j’entendais l’accent Pied-Noir ? Audacieuse, je m’approchais de ces inconnus qui ne semblaient pas choqués, et nous parlions de l’Algérie ! Ma passion pour Enrico Macias, à l’écouter, enfermée pendant des heures dans ma chambre ! 

C’était compulsif, je recherchais mon identité d’enfant de Pied-Noir, je vibrais pour l’Algérie ! J’étais imprégnée de la passion de ma famille. C’était cela mon héritage !

Mais jamais je n’ai pu épouser leur haine qui surgissait parfois, masque hideux, grimace obscène, qui quelle qu’en soit la cause, me devenait insupportable. Alors je rejetais l’Algérie, je n’en pouvais plus ! Je me disais « Ce n’est pas moi, cela ! Je n’y peux rien après tout ! ».

J’étais ballottée.”

Je n’ai pas connu les couscous dansants ni les retrouvailles enfiévrées. Je n’ai pas grandi dans ce genre de famille. C’était plus calme du côté de chez ma mère qui a tout fuit. C’était très calme aussi du côté de chez mon père.

Et pourtant, je reconnais moi aussi le ballottage défavorable et la grimace obscène. Cette grimace qui m’a obligé à rejeter l’Algérie de mes parents alors que j’aurais pu l’aimer plus tôt.

Peut-être.

 

Paul Souleyre.

PS : le blog Passion gitane de Jeannine. Très riche et sans ballottage.

 

image_groupe_cdha_blog

 

 * * *

Et vous,  ballottage favorable ou défavorable ?

 

Répondez dans les commentaires.
Et si vous avez aimé cet article, cliquez sur “J’aime”.

* * *

3 Conseils d’écriture tirés de l’article

Blogging : Un blog est à la fois général et particulier. Le sujet est commun ; l’angle est personnel. Le sujet est la transmission pieds-noirs et l’angle celui du ballottage défavorable depuis le monde tiers gitan pris comme monde d’adoption. L’angle du monde tiers apporte toujours un regard extérieur indispensable et riche sur une communauté.

Ecriture :  Long témoignage. Je l’ai déjà dit maintes fois : toujours laisser la parole aux gens qui ont des choses plus intéressantes à dire…

Transmission Partir à la recherche des mondes d’adoption n’est pas une mauvaise piste dans l’optique d’un “travail” (le mot est bien grand mais je n’en trouve pas d’autre pour l’instant. Dès que je l’aurai trouvé, la parenthèse disparaîtra) sur la transmission.

NB : N’hésitez pas à laisser des commentaires aussi bien sur l’article que sur les conseils d’écriture. Et si vos petits doigts commencent à fourmiller, c’est que vous avez envie de passer à l’action. C’est peut-être le moment pour vous d’aller faire un tour du côté de la page 350 mots.

Ceux qui ont aimé cet article ont aussi apprécié :

(Visited 208 times, 1 visits today)

Commentaire Facebook

commentaires

2 Comments

  1. Bonjour Paul Souleyre. Je viens de lire votre article. Du moins l'extrait de celui que j'avais écrit. Je vous remercie de porter interêt à ce que j'écris. Mais il y à un danger de porter certains extraits et pas d'autres. Si mon père était en colère, je précise ce que j'ai écrit dans ce même article, c'est que ma grand-mère ne l'était pas, et avait accepté cette situation d'éxilée. Plus même, elle comprenait certaines réactions. Elle comprenait l'Indépendance de l'Algérie, comme moi! Elle était baucoup plus du côté de l'amour et de l'entendement. Voilà, je tenais à le dire..

  2. Merci à vous de porter intérêt à cet article.
    J’avais bien compris l’amour que vous portez à votre grand-mère. Il me semble clairement exprimé. Et puis j’avais renvoyé à tout votre très beau témoignage en début d’article pour que les lecteurs puissent aller à la source.

    Bonne continuation à votre blog passion gitane.

    Paul Souleyre.

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *