Memoblog – Oran

Paul Souleyre

Quelques petites histoires sur les américains à Oran

Posted by on Déc 1, 2012

americains oran

Le livre de Edgard Attias est disponible aux Éditions Mémoire de notre temps

Je me suis demandé comment traiter cette période.

J’avais le choix entre la manière sérieuse, la petite histoire, ou la très petite histoire, en décalage total.

La manière sérieuse est la plus largement traitée sur tous les sites, je m’imagine mal faire de la concurrence. Il faudrait que j’y passe un temps fou… pour proposer la même chose. Aucun intérêt.

La question était plutôt : la petite histoire ou la très petite histoire ?

Parce que j’ai matière à assurer les deux.

Rappel des faits : le 8 novembre 1942

Autant recopier les quatre premières lignes des préliminaires du livre d’Edgard Attias, elles ont le mérite d’être claires :

“Le dimanche 8 novembre 1942 aux premières heures de l’aube, une force anglo-américaine de 107 000 hommes à bord de 650 navires déferlait sur la côte algéro-marocaine. C’était l’opération “Torch”. 

Il vous suffit maintenant de taper “opération torch + oran” dans Google et vous aurez tous les renseignements historiques voulus. Un conseil : allez plutôt dans Google Images que dans Google Recherche. Vous tomberez sur des choses beaucoup plus intéressantes, qui de toute façon, vous renverront sur des articles.

Débarquement américain autour d’Oran
americains oranamericains oran

Il y a par exemple un plan très intéressant dont la légende tout aussi intéressante permet de se faire une idée de ce qui a pu se passer au niveau du port d’Oran. A noter que le débarquement des américains, le 8 novembre aux aurores, ne se limite pas au port d’Oran (voir carte U.S.), puisque c’est aussi et surtout à Marsa-Bouzedjar, aux Andalouses, et sur la plage St-Leu (du côté d’Arzew) que les opérations se déroulent. Le but étant de débarquer l’infanterie qui doit se déployer et prendre Oran par le Sud.

Pour plus de détails voir les plans, les sites Internet, et Edgard Attias dans son livre.

Voilà pour la grande Histoire, les américains mettent quand même trois jours pour prendre Oran, du 8 au 10 novembre 1942.

La petite Histoire du Grand Débarquement

La petite Histoire, c’est toujours la Grande Histoire, mais vue par l’oeil du pauvre gars pris dans les contradictions de la vie.

La petite Histoire, je la raconte, mais elle est triste. Comme tout ce qui peut se rapporter à la guerre.

Mon arrière-grand-mère Souleyre avait un fils, Edmond, mort le 9 novembre 1942, et qui a défendu Oran côté vichyste contre le débarquement américain. Il se trouvait au niveau de la batterie du Santon, dans le Fort de Santa-Cruz.

oran 18nov42 americains

Oran – 18 novembre 1942 – Les américains se promènent dans la ville

Ce n’est pas simple, parce que sur la carte U.S. (à gauche) le Fort du Santon se trouve à Mers el-Kébir (et c’est le cas général en ce qui concerne cette dénomination sur Internet) tandis que sur la carte du port d’Oran (image de droite) on voit très nettement, au niveau de Santa-Cruz, la “batterie du Santon”. Et ce n’est pas tout à fait illogique puisqu’en effet, on n’est pas loin de la porte du Santon, assez connue par ailleurs, et inscrite elle aussi sur la carte.

Peu importe. Edmond se trouvait dans le Fort de Santa-Cruz et tirait sur les américains pour tenter vainement d’empêcher le débarquement.

*

 

Le 10 novembre, c’était fini. Débandade totale. Plus personne dans le Fort Santa-Cruz, à part les blessés et les morts. Seuls.

C’est mon arrière-grand-mère Souleyre qui dut monter au Fort pour retrouver son fils au milieu des morts et le redescendre afin de l’enterrer dignement. Meriem Souleyre, juive originaire de Tlemcen, était veuve de l’auvergnat Paul Souleyre, décédé le 16 avril 1940. Elle avait deux fils et trois filles.

Edmond Souleyre, 20 ans, de mère juive, défendait Vichy contre le débarquement américain.

Et puis la très petite Histoire

Edgard Attias a mon admiration pour cette qualité si peu partagée : l’amour des petites choses.

Son livre sur les américains à Oran est à la fois un résumé documenté de la Grande Histoire et une collection éparse de petits témoignages divers et variés.

J’ai hésité à en reproduire plusieurs, mais il faut toujours savoir se freiner, et je me limiterai donc à une seule anecdote, courte, choisie de la manière la plus subjective qui soit : c’est ma préférée.

Elle est titrée : le match impromptu de Marcel Cerdan.

oran Cerdan Kouidri

Oran – Rencontre Cerdan Kouidri (source marcelcerdan.com)

“Marcel Cerdan était à Oran pour combattre l’américain Larry Cisneros, le 10 octobre 1943. Omar Kouidri avait été le 12 septembre précédent son adversaire à Alger et était venu lui rendre visite. Les juges du combat étant américains, Kouidri dit à Cerdan que s’il ne gagnait pas nettement, les juges auraient tendance à favoriser leur compatriote. (Il gagna par K.O. au 6ème round)

Après son match, il allait prendre le train pour repartir avec sa femme. Sur le quai, il s’absenta un court moment pour aller chercher quelque chose, et alors sept américains cherchèrent à molester sa femme. A son retour, il les aperçut, fonça dans le tas et les mit K.O. tous les sept, les envoyant tous à l’hôpital.

Après cela, les américains apprenant qu’ils avaient été vaincus par Marcel Cerdan, en tirèrent une espèce de fierté. (de Guy le Pommelet, Besançon)”

Le plaisir inégalable des anecdotes.

 

Paul Souleyre.

 

REÇOIS DES INFORMATIONS SUR MES VIDÉOS >>

 

* * *

 

image_groupe_cdha_blog

 

* * *

Et vous, avez-vous quelques petites anecdotes sur la présence américaine à Oran ?

 

Répondez dans les commentaires.
Et si vous avez aimé cet article, cliquez sur “J’aime”.

* * *

3 Conseils d’écriture tirés de l’article

Blogging: Un blog est à la fois général et particulier. Le sujet est commun ; l’angle est personnel. Le sujet est le débarquement américain à Oran et l’angle, celui des différents… angles. Varier les angles dans le même article est toutefois dangereux. L’attention est dispersée. En général, un article = un point de vue.

Ecriture: Comme à l’école, ou presque : I) – II) et III) Parfois utile.

Transmission: Transmettre tous les degrés de l’Histoire est essentiel. Se limiter à la Grande est une erreur.

NB : N’hésitez pas à laisser des commentaires aussi bien sur l’article que sur les conseils d’écriture. Et si vos petits doigts commencent à fourmiller, c’est que vous avez envie de passer à l’action. C’est peut-être le moment pour vous d’aller faire un tour du côté de la page 350 mots.

Ceux qui ont aimé cet article ont aussi apprécié :

(Visited 1 285 times, 1 visits today)

Commentaire Facebook

commentaires

3 Comments

  1. Ma famille habitait Saint-Leu.Quand les Américains ont débarque en 42,je n’avais que 2 ans: mais pendant toute ma jeunesse mes parents et mes soeurs m’ont raconté beaucoup d’anecdotes de cette période.Entre autre que les jours précédents le 8 novembre des messages radio diffusaient :”Robert arrive,Robert arrive”. Le plus drôle c’est que mon frère Robert était né un 8 novembre 5 ans auparavant(curieuse coïncidence).

  2. J’ai lu vos commentaires sur les américains. J’avais 6 ans et je me souviens qu’à l’école St André, on nous faisait chanter ” maréchal nous voilà” et ” la Marseillaise” dans la cour de l’école avant d’entrer en classe. Puis nous avons été renvoyé de l’école en tant que juifs; il ne devait pas rester beaucoup d’élèves car la majorté des élèves étaient juifs? Nous sommes retournés en classe après l’arrivée des américains. J’ai le souvenir d’avoir perdu une année. J’aimerai savoir le temps passé entre le renvoi de l’école et et leretour.
    Merci

  3. Pas facile de répondre précisément. Si je prends les infos qui circulent : “La loi du 2 juin 1941 interdit aux juifs un grand nombre de professions. Un numerus clausus pour l’enseignement, concernant élèves et professeurs juifs est appliqué sévèrement.” Puis les Américains débarquent le 8 novembre 1942. Il faudra attendre quasiment un an avant que le décret Crémieux soit rétabli : “Leur citoyenneté française est officiellement rendue aux Juifs d’Algérie, le 20 octobre 1943, presque un an après le débarquement allié.”

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *