Memoblog – Oran

Paul Souleyre

A propos

“Choisir sa vie, libérer l’écriture, transmettre la mémoire”

Memoplume      –      Blogoplume      –      Memoblog

 *

TRANSMISSION

HISTOIRE

TRADITIONS

LIEUX

PERSONNAGES

ARTISTES

CHOSES

FAMILLE

 *

 *

En mai 2010, mon père retournait à Oran pour la seconde fois depuis 1962. Je recevais alors une carte du Boulevard de la Soummam (ex. Gallieni) avec au verso ces quelques mots: “C’est le Oran des années 50. Le siège de mon club de foot était au Royal Hôtel. Au fond le lycée Lamoricière et derrière, la mer.

Paul Souleyre

Paul Souleyre

C’était précisément le lundi 17 mai 2010. A 22h10, je décidai d’envoyer le mail suivant :

Je viens de recevoir ta carte d’Oran. Elle est magnifique. J’aimerais que tu m’en dises plus sur ce que tu as ressenti en retournant là-bas. Tu n’es pas obligé bien sûr, mais je crois que j’ai besoin d’entendre ces choses-là maintenant.

A la fin du mois d’août 2010, j’enregistrai les premières heures d’un entretien qui ne cesserait plus. J’en ai fait un livre que je garde pour moi. Il est constitué :

 D’une partie récit que mon père avait lui-même déjà écrit en 2006 et que j’ai retravaillée. Elle montre à quel point le besoin de transmettre est fort chez ceux qui ont connu les affres de l’Algérie française, qu’ils soient français ou algériens.
 De quelques photos légendées.
 De deux entretiens réalisés en août et octobre 2010.

Et j’ai décidé de devenir Écrivain Auto-éditeur. (voir le site)

J’ai toujours aimé écrire, mais raconter mes états d’âme ne m’a jamais attiré et imaginer une histoire est hors de mes compétences.

Alors que faire ?

Aider les autres à écrire leur histoire. C’est en fin de compte dans ce genre d’activité que je me reconnais le mieux.

Il y a plusieurs manières de transmettre la mémoire à ceux qui veulent la recueillir :

 

1 – Ecrire le livre de sa vie.

On est dans un pays à forte tradition littéraire. C’est à la fois une chance et une catastrophe. Une chance parce que tout le monde est persuadé d’être écrivain dans l’âme ; une catastrophe parce que personne ne l’est.

Donc on se décourage et on arrête d’écrire.

C’est qu’on est encore à l’école dans sa tête : on s’imagine qu’il va falloir envoyer sa copie à un éditeur.

Non. On n’est pas obligé.

On peut avoir le désir d’écrire pour raconter sa vie et la transmettre à ses enfants. 

  1. Il ne faut pas perdre ce désir.
  2. Il faut se dégager de certains préjugés. 

 

2 – Créer un support sur Internet.

Un blog est un outil formidable, d’une souplesse infinie. Seulement, il faut savoir ce qu’on fait.

En suivant les trois conseils d’écriture que je publie régulièrement au bas de chaque article de Memoblog, Memoplume et Blogoplume, vous prendrez conscience de beaucoup de choses. Et peu à peu vous pourrez :

  1. Mieux saisir ce qu’est un blog.
  2. Ecrire facilement deux articles par semaine.
  3. Transmettre ce qui vous tient à coeur.

 

Memoblog (lancé le 17 avril 2012 et sur lequel vous êtes actuellement) a pour objectif de montrer comme faire travailler la mémoire à travers le cas très spécifique de la ville d’Oran qui m’est devenue chère.

Memoplume (lancé le 12 juillet 2012) est davantage tourné vers les choix de vie. Parce que dans une vie, ce qui compte, ce sont les choix. Et la plupart du temps, ce sont des petits choix de rien du tout.

Mais ce sont eux qu’il faut montrer à vos petits-enfants ou demander à votre grand-mère.

Blogoplume (lancé le 29 septembre 2012) se penche sur les spécificités d’un blog et de son écriture. Ou comment libérer son écriture d’un certain carcan.

 

Cliquez sur “J’aime” et partagez cette page.

Vous aiderez peut-être quelqu’un à franchir le pas. Il vous remerciera et vous poussera à l’aventure. Vous verrez !

 *

TRANSMISSION

HISTOIRE

TRADITIONS

LIEUX

PERSONNAGES

ARTISTES

CHOSES

FAMILLE

 *

Alors si vous voulez me faire découvrir Oran, n’hésitez pas.

Je vais écrire des articles sur Memoblog. Mais ce blog est à vous. A vous qui connaissez Oran. Il doit permettre aux jeunes générations de prendre contact avec la ville. Il doit servir de support à un échange. Il doit faciliter la transmission de mémoire.

Vous avez grandi à l’ombre du Petit Vichy ? Faites resurgir les senteurs du théâtre de verdure. L’hôtel Sheraton vous fascine depuis toujours ? Chantez la forme de cet ovni posé sur le rebord de la falaise. La plage des Andalouses vous colle à la peau ? Décrivez ce qui la rend inimitable. Vous avez rencontré un chacal doré sur la colline de Santa-Cruz ? Racontez votre tête à tête avec l’animal.

Ou bien vous êtes comme moi et vous voulez découvrir Oran, la radieuse ?

En somme, vous tenez un petit diamant entre les mains ? Filez sur la page 350 mots et envoyez votre article.

Attention, 350 mots, c’est court. On a vite fait de les dépasser. Mais c’est suffisant pour un blog. Au-delà, on n’arrive plus à se concentrer.

 

Je vous souhaite beaucoup de petits diamants.

Ayez confiance : Vous savez Écrire

 

Paul Souleyre Était le nom de mon arrière-grand-père maternel mort à Oran le 16 avril 1940. Je lui donne aujourd’hui le nom de cette activité. Qu’il me soutienne et me porte chance.

 *

TRANSMISSION

HISTOIRE

TRADITIONS

LIEUX

PERSONNAGES

ARTISTES

CHOSES

FAMILLE

 *

(Visited 134 times, 1 visits today)

Commentaire Facebook

commentaires

22 Comments

  1. Bonjour, je viens de découvrir votre blog par Jean-Luc Demarchi (Vivre à Belcourt).
    Je m’occupe de “L’ÉCHO DE L’ORANIE” revue de l’association AMITIÉS ORANIENNES dont je suis présidente et j’aimerais entrer en contact avec vous si vous le voulez bien.

    Oranaisement.
    Claude-Sandra Raymond

  2. C’est bien de faire la quète de ses racines
    J’ai fait ce blog pour que reste une trace de mon enfance dans ma belle ville
    d’Oran .Faites y un saut SVP peut être retrouverez vous une parcelle de ce
    Que vous cherchez
    Amitiés oranaises
    René

  3. J’ai noté vos coordonnées. Je vous appelle dans la journée.
    Pas de souci.

    Paul Souleyre

  4. Merci pour vos encouragements.
    Je suis allé hier soir sur votre site par l’intermédiaire de Vivre à Belcourt et j’ai donc eu le temps de m’y promener.

    Une mine de renseignements et de photos !
    Je vais souvent y retourner je crois.

    Amicalement.
    Paul Souleyre.

  5. Bonjour,
    Après 50 ans (!) je viens de passer une semaine à Oran. Grande émotion, que je peux partager avec vous, si vous le souhaitez
    Cordialement

  6. Je viens de découvrir ce blog grâce à Jean Claude PILLON.
    Merci pour cette belle initiative !
    Allez voir notre site, c’est aussi Oran … l’écriture, le théâtre avec “Le Serment de l’Orane”.
    Cordialement

  7. Merci pour vos encouragements. Je suis allé sur votre site sans le savoir puisque j’y ai pris la photo du feu de la St-Jean (en renvoyant cependant l’image vers votre site). Je suis un peu loin pour aller voir votre pièce. Mais je lui souhaite beaucoup de succès.

    Cordialement.

  8. Lu et relu ton blog, super. Je suis un oranais de longue…souche, ( né en 1937), et pour vaincre ma maladie de l’exil, je me soigne en retournant à Oran tous les ans. Je ne guéris pas de ma souffrance, mais ça calme. Je compte maintenant plus d’amis là-bas qu’ici. En quelque sorte, j’y habite un mois par an, et je suis chez moi …. ou presque. A l’oranaise: (Baya lio Pépé, que le ciel il nous est tombé sur la tête, et ça nous a laissé bovo et chiflao complet).
    Amitiés. JPB

  9. Merci beaucoup pour ce commentaire qui me fait chaud au coeur. Content qu’un Oranais de 1937 ait lu avec intérêt un enfant de pieds-noirs de 1969. Et ça me donne envie de continuer ! Vous ne laissez pas l’adresse de votre blog, me semble-t-il, quelle est-elle ? Merci encore et à bientôt !!!

  10. A propos des "Italiens" à Oran, j'ai laissé un commentaire (le 28/06/13), auquel j'espérai une réponse. L'avez-vous reçu ? Je possède une CPA de J.Geiser-Alger, timbre à date du 28 mars 1906, montrant des pêcheurs Napolitains se faisant raser près du port, intitulé: La toilette du samedi. Superbe témoignage ! J'aurais voulu vous la transmettre, mais comment? cordialement. JPB

  11. Je vais passer par Facebook. Pas de problème pour la photo, je la mettrai au bas de l’article sur les pêcheurs d’Oran et de Mers el-Kebir.

  12. J'ai connu une Mme Souleyre à Bône. Elle était infirmière et habitait Bd Lavigerie.C'était une amie de ma grand -mère.

  13. Bonsoir, je découvre votre blog complètement par hasard mais l’initiative me touche. Je suis parisienne de naissance mais mon père est originaire d’Algérie et plus précisément d’Oranie (il est arabe/musulman/berbère, enfin peu importe, c’est surtout pour qu’il n’y ait pas de quiproquo.) Ma mère est oranaise aussi mais née a Paris comme moi. J’y retourne tous les ans et je suis particulièrement attachée a cette ville et de manière plus large a cette région. Et comme vous le notez, je me sens presque nostalgique d’une époque que je n’ai vécu qu’à travers les récits de mon père ( je suis née en 1995, je vous laisse faire le calcul. ). Bien que tout n’était pas rose, je sens dans la voix de mon père beaucoup de fierté et d’émotion quand il me raconte ses souvenirs. Il se rappelle du nom de chacun de ses professeurs espagnols, italiens, francais. Du curé de sa rue, du cordonnier, du marchand de glace, du receveur au cinéma, enfin de tous ces gens qui apportaient un peu de gaieté et beaucoup de gentillesse dans son enfance. Je vais m’arrêter la pour ce soir, mais je tenais simplement a vous dire, que si vous souhaitez quelque chose concernant Oran, une photo, une info, et plus généralement concernant l’Oranie, je me ferais un plaisir de vous le fournir. Amicalement.

  14. Vous êtes probablement ma lectrice la plus jeune et vous venez de laisser un très beau commentaire. Tout n’était pas rose, comme vous le dites très justement, mais il est tout aussi vrai que tout n’était pas noir noir comme je peux parfois le lire ici et là. Il s’est passé de belles choses comme votre père semble en avoir gardé le souvenir. Je devais absolument faire ce “travail” pour rendre un peu de dignité à mes ancêtres qui étaient de petites gens simples. Merieme est un joli prénom. C’était celui de mon arrière-grand-mère qui était de Tlemcen. Merci d’être passée sur ce blog et d’avoir laissé ce beau commentaire.

  15. Et c’est un travail tout à fait honorable, alors continuez ! Je viens de lire l’article sur Meriem votre arrière grand mère, (la mienne s’appellait Zohra, comme la mère de Meriem.), et encore une fois vous faites un travail merveilleux. Dès que j’aurai plus de temps, je me pencherai un peu plus sur votre blog pour le découvrir un peu mieux. Bonne soirée !

  16. J’ai fini ce travail en juillet. Je n’irai pas plus loin pour ce blog. En revanche, je réfléchis à revisiter mon enfance et les bizarreries de mes parents à la lumière de ce que j’ai appris de leurs origines. Il y a des points qui s’éclairent. Encore merci de votre passage. A bientôt.

  17. extra le travail que vous faites. Karim d'Oran

  18. Merci Karim. J’y ai passé beaucoup de temps l’année dernière. Et puis j’ai fini par aller à Oran en avril 2014. Une ville à voir.

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *